La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Vie littéraire La foire au papier

juin 2006 | Le Matricule des Anges n°74 | par Éric Dussert

Boris le Babylonien contre l’Aligot Littéraire

Les manifestations littéraires, salons du livre, conférences et signatures inspirent depuis des temps immémoriaux des commentaires moqueurs aux observateurs les plus espiègles. On se souvient notamment du Salon de Max Genève (Bernard Barrault, 1986) parce qu’il avait fait scandale. Aussi impertinent que taquin, Julien Campredon, un jeune collaborateur de la revue (et structure éditoriale) Monsieur Toussaint Louverture, lance à son tour une boule puante sur les moquettes du Salon du livre de Paris sous l’espèce d’une nouvelle humoristique. On y découvre un jeune auteur provincial « montant » à Paris pour proposer aux éditeurs présents dans le hangar à foires de la Porte de Versailles un nouveau concept, l’Aligot littéraire. Plus puissant que l’Oulipo sans doute, le produit issu du terroir toulousain n’est pas cependant pas le bienvenu. D’autant que les Russes débouchent la vodka, que les attachées de presse sautent sur les genoux du critique qu’on a « vu à la télé », et que l’éditrice arrivée au pignon de sa rue toise l’impétrant, tandis qu’un paisible duo de retraités ariégeois déboussolés sillonne les lieux avec son caddy. L’aligot littéraire a fait long feu. Dans un grand éclat de rire, Boris le Babylonien démontre que dans le monde des Lettres & du Papier réunis, la littérature n’est à peu près jamais la question.

Boris le Babylonien contre l’aligot littéraire de Julien Campredon
L’Atelier du gué, 47 pages, 5

La foire au papier Par Éric Dussert
Le Matricule des Anges n°74 , juin 2006.
LMDA papier n°74
6.50 €
LMDA PDF n°74
4.00 €