La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre C’est qui les « enfants » ?

janvier 2000 | Le Matricule des Anges n°29 | par Laurence Cazaux

Les éditions Actes Sud-Papiers se sont associées à Hekoya, centre dramatique national pour l’enfance et la jeunesse de Sartrouville, pour coéditer une nouvelle collection de théâtre pour la jeunesse. Trois titres seront publiés chaque année. Pour le lancement de la collection, les trois premières pièces paraissent en même temps. Le parti pris est clair : éditer des auteurs dramatiques reconnus. Et brouiller les cartes entre les adultes et les enfants, le jeune et le « vieux » public. Normand Chaurette dit écrire « une pièce pour les enfants avec le désir que les adultes, ces spécialistes de l’enfance, s’arrachent les cheveux ». Joël Jouanneau annonce qu’il n’écrit pas pour les enfants : « ça n’existe pas pour moi »les enfants« , c’est même peut-être contre ça, en partie je veux dire, que j’écris, contre ce pluriel-là. Je me plais au contraire à les imaginer isolés dans les théâtres… Je dois aussi parler de celui pour lequel j’écris, celui qui est là, ne me quitte pas, mon alien, il doit avoir dans les sept ans, il est enfoui au plus profond de moi, il me regarde et il exige que je le regarde et il crie, et ce cri que j’entends mal, c’est lui que j’essaie de traduire quand j’écris ». Ces trois pièces ont en commun leur belle qualité littéraire, et le fait de traiter de sujets graves, par exemple de la mort, avec beaucoup de fantaisie et une grande liberté de langue. À peine lancée, cette collection se porte bien. Ainsi, Le Petit Violon, tiré à 2000 exemplaires doit déjà être réédité. Peut-être les enfants vont-ils nous démontrer que la lecture d’une pièce de théâtre n’est pas, en fait, si difficile.

Petit navire
Normand Chaurette

Mamie Ouate en Papoâsie
Joël Jouanneau et
Marie-Claire Le Pavec
Le Petit Violon
Jean-Claude Grumberg

Actes Sud- Papiers/Hekoya jeunesse
52,32 et 30 pages 40 FF chacun

C’est qui les « enfants » ? Par Laurence Cazaux
Le Matricule des Anges n°29 , janvier 2000.