La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire Juin le préfacier

janvier 2000 | Le Matricule des Anges n°29 | par Éric Dussert

Lectures « Fins de siècle »

L’intérêt se fait vif pour l’époque 1900, mais tout cela tient du vague, du caprice et de l’improvisation. (…) Qu’on nous donne des monographies sérieuses et des études de détails ! Voilà le moyen de nous restituer, hors de ses mythes, cette Belle Époque qui fascine. » Depuis la rédaction par Hubert Juin (1926-1987) de l’introduction à ses Écrivains de l’Avant-Siècle (Seghers, 1972), les choses ont évolué. Si les travaux qu’il appelait de ses vœux ont paru et paraissent encore, c’est en partie grâce à lui qui mit en exergue la littérature oubliée d’une Belle Époque dont le mythe ne s’estompe pas. À tort, dirait Juin, la misère était sous les dorures, les ors cachaient mal le malheur.
Le Belge savait mettre les choses en perspective et dénicher les trésors oubliés. Il le fit admirablement à partir de 1977 dans le cadre de la série « Fin-de-siècle » qu’il dirigeait pour les éditions 10/18. Ces dernières lui rendent un juste hommage avec Lectures « Fin-de-Siècle », la compilation des préfaces dont il avait enrichi les volumes de sa collection. Cruauté du sort, il en manque une… celle qui aurait salué l’éditeur -il contribuait aussi aux activités de Marabout depuis 1978- mais aussi le poète, le romancier, l’essayiste, le biographe de Victor Hugo, l’inventeur de Jean de Tinan, le producteur radio et le chroniqueur (Combat, les Lettres françaises, le Monde, Le Magazine littéraire, etc.).
10/18 réédite aussi deux ouvrages présentés par Hubert Juin. D’abord de Jules Renard L’Écornifleur suivi des Cloportes (47 FF) ou l’accouplement contre nature d’un roman paysan bien nourri, ronflant auprès du poêle, et d’une scène de mœurs où un aspirant littérateur phagocyte une famille bourgeoise tout en cherchant Sa Formule : dire l’essentiel en peu de mots. Autre réédition : Le Dictionnaire infernal de Jacques Collin de Plancy (1794-1881), (50 FF) à conserver chez soi près du Dictionnaire du Diable de Bierce, des Évangiles du diable de Seignolle et de l’Inventaire des démons de tous les pays de Robert Morel. Il faudrait se pourvoir des Métamorphoses du Diable par Romi et de son Histoire par D. Defoe pour être tout à fait équipé. Mais, entre nous, Abigor, démon d’essence supérieur -il est chef d’escadrille- et les petits diables Zozo, Mimi et Crapoulet ne sont plus aussi taquins qu’autrefois. L’érudit Juin le savait bien.

Lectures « Fin-de-siècle », de Hubert Juin
10/18, 434 pages, 50 FF

Juin le préfacier Par Éric Dussert
Le Matricule des Anges n°29 , janvier 2000.