La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Hongrois rêver

juillet 2000 | Le Matricule des Anges n°31 | par Eric Naulleau

L' Orchestre le plus triste du monde

Le poète Paul Valet soutenait que « les grabataires voient le ciel à sa juste hauteur » et on sait par ailleurs depuis Faulkner qu’un idiot peut devenir un excellent porte-parole. Sans doute instruit par l’expérience de ses prédécesseurs, László Davasi (né en 1962 et, on l’aurait parié, « l’un des jeunes auteurs hongrois les plus prometteurs ») choisit comme protagonistes des deux meilleures nouvelles ici rassemblées un jeune homme cloué dans son fauteuil et un bûcheron quelque peu simple d’esprit. Magnifiques textes d’atmosphère ponctués d’éclairs poétiques pour le premier (Le Petit-fils de Koutouzov) : « J’aimais la lumière, quant à l’obscurité, elle me faisait toujours penser que Dieu était plus appliqué mais moins doué que le diable » et de réflexions frappées au coin d’un sens peu commun pour le second (Dans la montagne) : « Mais maintenant que mon père est mort, je crois que je dois m’abstenir de rire pendant un certain temps. » Présenté comme un choix effectué parmi trois recueils de textes, L’Orchestre le plus triste du monde s’apparente parfois à un catalogue des diverses manières de l’écrivain. Encourageons donc ce dernier aussi bien à poursuivre dans la veine de Kardos, le policier et Le Pardon, brèves fictions policières à la Karel Capek, qu’à s’abstenir des paraboles confuses (Les Carriers de Witemberg) et métaphores poussives (La Première Histoire). Pour peu qu’il s’émancipe de tel encombrant parrainage (Borges dans Judah ben Samuel Halevi) ou se garde de certains tics post-modernes (recours peu convaincant au mélange des genres et au collage dans le languissant Cléopas. Bande dessinée) László Davasi signe alors d’étranges fables qui possèdent le charme délétère des mauvais rêves (Les Rosiers de Veinhagen ou L’Étrange Histoire du monstre de Müttenheim).

L’Orchestre le plus triste
du monde
László Davasi

Traduit du hongrois par J.Dufeuilly, N. et C. Zaremba
Actes Sud
228 pages, 125 FF

Hongrois rêver Par Eric Naulleau
Le Matricule des Anges n°31 , juillet 2000.
LMDA PDF n°31
4.00 €