La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Deux princes-sans-rire

janvier 2001 | Le Matricule des Anges n°33 | par Eric Naulleau

Au rebours de ce que l’on entend parfois dire dans tel ou tel café du Commerce, la réalité ne dépasse pas encore la fiction, du moins pas si celle-ci est l’œuvre conjointe de Jorge-Luis Borges et Adolfo Bioy Casares. Parmi les affaires de plagiat qui troublent à intervalles réguliers le petit monde littéraire, nulle ne saurait en effet se comparer à l’entreprise de César Paladion dans le texte inaugural du présent recueil : recopier intégralement l’œuvre d’un dénommé Julio Herrera, « lui octroyer son nom et l’envoyer à l’imprimerie sans ajouter ou retrancher une seule virgule suivant une règle à laquelle il fut toujours fidèle », ce que les critiques de bonne foi ne purent que saluer en ces termes : « Nous nous trouvons ainsi devant l’événement littéraire le plus important de notre siècle : Les Parcs abandonnés de Paladion. Rien n’est plus éloigné, à coup sûr, du livre homonyme de Herrera qui ne recopiait aucune œuvre antérieure. » De même, la Tentative d’épuisement d’un lieu parisien de Georges Perec fait pâle figure au regard des 1211 pages que certain écrivain consacre ici à décrire les « objets qui occupent habituellement l’angle nord-nord-ouest de (sa) table de travail. » (Un après-midi avec Ramon Bonavera). Après avoir exploré le domaine de l’écriture (mention spéciale à Joseph Loomis qui se contentait du titre de ses livres, si bien que son œuvre ne compte que huit mots), nos deux compères argentins s’attaquent aux autres arts avec notamment une architecture entendue comme « le développement morphologique d’ensembles inhabitables » (Naissance d’un art) ou une sculpture qui consiste à exposer l’air circulant entre les moulages (L’œil sélectif). Vingt et une miniatures ironiques à placer sur le même rayonnage que Pastiches et postiches d’Umberto Eco.

Chroniques de Bustos Domecq
Jorge Luis Borges
et
Adolfo Bioy Casares
Traduit de l’espagnol
par Françoise-Marie Rosset
Livre de poche-biblio
160 pages, 33 FF

Deux princes-sans-rire Par Eric Naulleau
Le Matricule des Anges n°33 , janvier 2001.
LMDA PDF n°33
4,00 €