La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre Morts-vivants

septembre 2001 | Le Matricule des Anges n°36 | par Laurence Cazaux

Visage de feu/Parasites

À propos de Visage de feu, Simone Kaempf, rédactrice au Frankfurter Allgemeine Zeitung écrivait que cette pièce marquait « l’irruption d’une nouvelle génération de créateurs dans le théâtre allemand. Pendant des années, l’accès aux grands théâtres a été fermé aux jeunes dramaturges. Botho Strauss, Peter Handke ou Thomas Bernhard occupaient la place depuis les années 80. Les premiers rénovateurs comme Werner Schwab… sont arrivés trop tôt et s’y sont brûlés. »
Marius von Mayenburg est un jeune écrivain d’une trentaine d’années, propulsé très vite sur le devant de la scène. Il rédige Visage de feu pour obtenir son diplôme d’écriture scénique à l’École des Beaux-arts de Berlin. La pièce obtient en 1998 le prix Kleist. Et Mayenburg est engagé pour deux ans comme dramaturge et auteur maison à la Schaubühne de Berlin.
Ses personnages sont des autistes. Leur vie ressemble à une maladie mortelle, une dégénérescence monstrueuse. Ils n’arrivent ni à naître, ni à enfanter. Le monde n’existe pas pour eux, ils ne regardent qu’à l’intérieur d’eux-mêmes leur propre néant, qui les engloutit et les pousse au meurtre, à la violence ou au suicide. La langue de Mayenburg est dense et sobre, elle accentue encore le côté froid de cette violence. Il n’y a aucune idéologie revendiquée, aucune espérance. Il y a juste ce rien, ce non-être, cette non-vie, ces nombrils monstrueux. « Peut-être que je suis innocent et que je veux juste rester en vie, et que toi tu es beaucoup trop morte » s’explique Petrik dans Parasites.
Dans ces deux textes, une question revient, obsessionnelle : qu’est-ce qui est encore vivant et qu’est-ce qui est déjà mort en nous ?

Visage de feu
Parasites
Marius von Mayenburg
Traduit de l’allemand par M. Blezinger,
L. Muhleisen et G. Milin
L’Arche
122 pages, 77,40 FF (11,80 )

L. C.

Morts-vivants Par Laurence Cazaux
Le Matricule des Anges n°36 , septembre 2001.
LMDA papier n°36
6.50 €
LMDA PDF n°36
4.00 €