La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Un philosophe en rade

septembre 2001 | Le Matricule des Anges n°36 | par Jacques Goulet

Carnets secrets (1914-1916)

Wittgenstein, le philosophe dont Thomas Bernhard a mis en scène le terrible roman familial dans Déjeuner chez Wittgenstein, a tenu des carnets au début de la guerre de 14-18. Farrago les édite pour la première fois en français, en même temps qu’il fait paraître Philosopher avec Wittgenstein, de Jean-Pierre Cometti (120 FF, 18,29 ).
Cette suite de notations concrètes est née dans l’inconfort d’un bateau. D’origine bourgeoise, le jeune et brillant logicien s’était engagé dans la marine : il avait du temps libre, sa tâche consistant à manoeuvrer un projecteur lorsque l’aviso se trouvait à proximité de la bataille.
Après avoir beaucoup étudié et voyagé, ayant rencontré des hommes qui se rendront célèbres, comme Russell ou Keynes, soudain, il affronte l’inconfort et risque sa vie. Il déplore chez lui la tentation du plaisir solitaire à laquelle il voudrait ne pas trop souvent succomber. Plus que tout, il souffre de la promiscuité de camarades qu’il est gêné de trouver vulgaires et stupides. Prudent, il code son journal par des inversions de lettres.
Pourtant, il consigne peu d’événements, il dit son ennui mais n’évoque jamais les sujets qui à l’évidence le préoccupent : son oeuvre, ses amours.
Alors qu’il écrit le Tractatus logico-philosophicus, il note seulement qu’il a travaillé ou qu’il a peu travaillé. Cette frustrante modestie a quelque chose d’émouvant.
L’autre non-dit de ses pensées est la sexualité. Sa pudeur et la promiscuité font que ses attirances masculines ne sont pas clairement mentionnées. Dans un milieu qui s’impose d’être très viril, le philosophe souffre de certaine séparation. Sa religion le réconforte, le sentiment de faire son devoir à l’égal des autres est essentiel, l’écriture des carnets l’aide à « tenir ».
Sous la banalité factuelle de ces pages transparaît une âme sensible.

Carnets secrets (1914-1916)
Ludwig Wittgenstein
Traduit de l’allemand
par Jean-Pierre Cometti
Farrago
128 pages, 85 FF (12,96 )

Un philosophe en rade Par Jacques Goulet
Le Matricule des Anges n°36 , septembre 2001.
LMDA papier n°36
6,00 €
LMDA PDF n°36
4,00 €