La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français La solitude distillée

septembre 2001 | Le Matricule des Anges n°36 | par Pierre Hild

Ombres classées sans suite

Les livres de Jacques Josse sont rarement longs. Comme autant d’échardes plantées sur la peau d’une langue trop lisse, ses petites proses, poétiques et rugueuses, brillent d’un éclat noir. « Philosophe de la fêlure », il sait trouver des titres évoquant à merveille son univers : Fissures, Le Voyageur égaré, Le Veilleur de brumes, Vision claire d’un semblant d’absence au monde, ou encore Un habitué des courants d’air.
Aujourd’hui, voici Ombres classées sans suite, texte « hanté par l’inévitable début de la fin », ensemble placé sous l’exergue du deuil et de la nuit par cette citation de Michel Dugué : « Nul n’est sans abîme et chacun vient du deuil ». C’est une sorte de mémorial de bouts d’existences, de vies effilochées, affaires du commun que l’on voudrait ou que l’on a déjà « classées sans suites ». C’est aussi le travail du souvenir à l’oeuvre, la recherche « d’une présence (née d’un livre, d’une image) qui, sitôt repérée, ranimerait la sienne », l’expérience du pouvoir magique de l’écriture de rendre moins seul et désolé. Retrouver une flamme, donc, quand le monde ne semble que « fantôme », « résidus de brume », « buée flottante », « flou d’une vitre », « pénombre ».
Deux litanies courent le long du texte. Celle des écrivains aimés -Luca, Hrabal, Yves Martin, Lequier, Palante, Kerouac, Metz, Beckett-, celle des alcools bus -Henrik de Bruges, vin de Crète, ouzo, cognac, Old Lager. Il y a là, dispersés, les éléments d’un rite souterrain qui rapproche le geste de Josse de celui d’un chaman : psalmodier des noms sacrés, boire des breuvages, pour faire se lever, par le verbe, des mondes cachés ou disparus. Un texte qui a la puissance ensorcelante d’un blues chanté pour tous les « mal partis ».

Ombres classées sans suite
Jacques Josse
Cadex
48 pages, 65 FF (9,91 )

La solitude distillée Par Pierre Hild
Le Matricule des Anges n°36 , septembre 2001.
LMDA papier n°36
6,00 €
LMDA PDF n°36
4,00 €