La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Jeunesse Têtes de l’art

septembre 2002 | Le Matricule des Anges n°40 | par Thierry Guichard

Bobines d’art brut

S’il disait n’aimer ni les enfants ni leurs dessins, Jean Dubuffet s’en inspirera néanmoins pour créer. Voulant devenir « l’homme du commun du plus bas étage », ce fils de négociant, bourgeois et cultivé, s’intéressera aussi aux peintures populaires, ces « peintures idiotes, dessus de portes, décors, toiles de saltimbanques… » qu’affectionnait déjà Rimbaud.
Mais la révélation sera pour lui la découverte, lors d’un voyage en Suisse en 1945, des travaux singuliers de malades mentaux et de marginaux auxquels il donnera le nom d’Art brut. L’artiste n’aura de cesse dès lors de collecter les ouvrages de ces « irréguliers ». Et en 1975, lorsqu’il léguera sa collection au musée-château de Beaulieu à Lausanne, elle comptera pas moins de 1200 pièces. C’est au cœur de celle-ci que Lucienne Peiry, conservatrice de la collection de l’Art brut de Lausanne, a choisi les bobines présentées ici. Plus qu’une galerie de portraits c’est un petit théâtre portatif qui s’anime au gré des pages de cet album cartonné. S’y côtoient dessins, peintures, sculptures et masques, d’une reine d’Aloïse à un diable de Podestà, de la tête aux yeux bleus d’Angelo Meani à une femme-épluchures de Philippe Dereux ou aux archimboldesques masques en coquillages de Pascal-Désir Maisonneuve… En regard des images, Lucienne Peiry explique en quelques lignes le parcours des artistes et les techniques et matières atypiques employées. Il est sûr que cet ouvrage coloré saura séduire les enfants, même si, sous le cocasse de ces drôles de têtes, sourd parfois l’angoisse de leurs créateurs. Et si l’on aurait aussi aimé y rencontrer les figures de Wölfli ou de Gaston Duf… Souhaitons donc une suite à cet album, sur les turbulents personnages et manèges enchanteurs de la Fabuloserie peut-être. Pour faire fleurir encore dans les mirettes des petits comme dans l’esprit des grands les jardins imaginaires de ces ouvriers du rêve.

Bobines d’art brut
Lucienne Peiry
Éditions Thierry Magnier
24 pages, 11

Têtes de l’art Par Thierry Guichard
Le Matricule des Anges n°40 , septembre 2002.