La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Dossier Olivier Cadiot
L’amour des vagues

novembre 2002 | Le Matricule des Anges n°41 | par Xavier Person

Trois disques et une traduction : riche actualité discographique pour Olivier Cadiot.
Enregistrement de sa lecture de janvier de Retour définitif et durable de l’être aimé au Théâtre de la Colline, 14/01/02 est sans doute la meilleure introduction à ce livre : c’est immédiatement drôle, cela permet de bien mesurer où se pose la voix dans la légèreté grave, tendue, du propos très vite envoûtant (coédition P.O.L et Dernière bande -sortie du CD le 13 novembre).
Interprétée par Bashung et Chloé Mons à l’occasion de leur mariage, mise en musique par Rodolphe Burger, sa traduction du Cantique des cantiques1 est une grâce. Dans une étrange nudité, le chanteur et son épouse posent leurs voix à la limite du chant : « Des baisers/ oh des baisers de sa bouche ». (Dernière bande)
Et enfin, faisant suite au superbe Welche / On n’est pas des indiens c’est dommage (sentimental hommage à Tante Elisabeth), Hôtel Robinson emmène Olivier Cadiot et Rodolphe Burger sur l’île de Batz pour un reportage sonore et poétique (Dernière bande). Scénario intime. Île au trésor remixée. Avec la voix de Deleuze pour le bruit des vagues et nous apprendre à nager dans l’amour. Et celle d’Henry Miller amoureux : « Seurrrrreinnnnnne. » On peut dire « Seurrrrreinnnnnne » (accent américain) ? Oui, on peut dire. Version rock de Billy le Kid, I love you et cheval au galop sur la dune, hennissements, bruits de sabots dans le vent, reprise du rythme, le bonheur est dans le retour. Faire l’amour sur une île. Distorsion douce à la guitare, subtilement orgasmique… Très belle reprise encore une fois de « Cheval-mouvement ». Oui, encore.

1Le poème, Cantique des cantiques, traduction de Michel Berder et Olivier Cadiot, Éditions Bayard, 25
(le livre + le CD), 13 (le livre seul).

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?