La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Jardin sous les paupières

novembre 2002 | Le Matricule des Anges n°41 | par Stéphane Branger

Jardin sous les paupières

Le jardin, un thème classique que revisite Philippe Mathy. Auteur de huit autres livres, il nous transporte dans ce lieu si présent dans la mémoire humaine. On retrouvera d’ailleurs la création de Dieu, rythmé par le découpage des jours de la semaine, présentant sur la page de gauche un texte préparatoire et à droite le poème. C’est le lieu de la création, là où a débuté l’humanité. Sans pour autant sombrer dans le mysticisme, le poète nous entraîne sur les traces de la passion et de la fascination des hommes. Il pose un regard différent, attentif à la correspondance des autres arts : « Quelque chose m’échappe. Jamais je ne m’en serais aperçu si je n’avais expérimenté la lecture. Je reviens, muni cette fois du matériel pour écrire. Comme les amis peintres, je vais au paysage ». Il recherche l’invisible sans sombrer dans l’inventaire qui s’offre à lui. Il retrace le quotidien du jardin, des saisons, des événements infimes, jusqu’à donner un sens à sa propre écriture : « La poésie tient davantage du retrait que de l’avancée ». Le monde en mouvement restera toujours au seuil de nombreuses interrogations. Philippe Mathy nous propose d’y réfléchir « en réinventant le passé ».

Jardins sous les paupières
Philippe Mathy
Le Taillis Pré - 162 pages, 18

Jardin sous les paupières Par Stéphane Branger
Le Matricule des Anges n°41 , novembre 2002.
LMDA PDF n°41
4,00