La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Au bout de la nuit

janvier 2003 | Le Matricule des Anges n°42 | par Pierre Hild

La vingt-trois mille deux cent vingt-septième nuit

Paru en 1998, le premier livre de Jacques-Henri Michot Un ABC de la barbarie formait une sorte de work in progress inachevable que l’éditeur, Al Dante, jugeait comme un possible manifeste de sa maison. D’une composition savante, jouant des citations, notes et bruits, l’ABC tentait d’agencer une rage, tenace, qui s’élevait contre la barbarie qu’est cette « forme »d’exploitation et d’oppression« dont le langage médiatique stéréotypé est l’instrument ».1 Stéréotypes, lieux communs, no man’s land de la parole se heurtaient de manière encyclopédique et souvent drôle aux citations d’auteurs aimés -anthologie précieuse de phrases vives qui offraient résistance.
Sorte d’appendice, La vingt-trois mille deux cent vingt-septième nuit poursuit le travail d’édition du François B. de l’ABC qui donne à nouveau à lire des pages retrouvées post-mortem de Barnabé B., l’homme qui édifia sans l’achever le premier texte. Notes de travail, litanies négatives forment ici comme en creux le portrait d’un homme qui, dans la nuit de son travail, éprouve « quelques raisons de (s)e plaindre de l’existence qui est la (s)ienne » tout en considérant qu’il ne se « tire pas trop mal du métier de vivre ».
Le biographique qui s’échappait des notes de l’ABC prend ici place au cœur de pages dont la plénitude fêlée s’exprime encore par les blancs et ratures d’une écriture et d’une recherche fiévreuses. Une manière, assurément, de suivre deux préceptes mis en exergue de Joseph Joubert : « pensez aux maux dont vous êtes exempt », « Dites-moi ce qui se passe sur la terre ». Rencontre avec une œuvre remarquable.

La vingt-trois mille deux
cent vingt-septième nuit

Jacques-Henri Michot
Al Dante
88 pages, 15,25

1 Citation tirée d’une précieuse conférence de l’auteur donnée à Horlieu, publiée sous le titre De l’entaille par les éditions Horlieu.

Au bout de la nuit Par Pierre Hild
Le Matricule des Anges n°42 , janvier 2003.
LMDA PDF n°42
4.00 €