La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Candide en Hongrie

janvier 2003 | Le Matricule des Anges n°42 | par Thierry Cecille

Ce Départ et retour de György Konrad, hongrois lui aussi, peut être lu en écho au célèbre Être sans destin de Imre Kertész, que le prix Nobel vient de récompenser. Renaissent, dans ce récit d’une enfance bouleversée par la Shoah, les odeurs, les sons, les couleurs et les visages d’une bourgade perdue à la frontière de la Roumanie -d’où Konrad devra fuir pour Budapest, puis revenir, après la Libération, avec l’espoir insensé de retrouver ses parents déportés. Ce n’est pas exactement le shtet’l polonais -celui de Singer par exemple- mais on y trouve des paysans et de frustes cochers, des synagogues et l’école du Talmud, le heder -auquel il échappe, ses parents se voulant assimilés, notables discrets. « À onze ans, le 15 mai 1944, je dus apprendre que mon père ne m’appartenait pas à moi, mais à la gestapo. » Sa mère suivra volontairement son père dans un camp d’internement, où ils survivront, échappant ainsi à Auschwitz. « Alors je me secouai. Oui, il fallait quitter cette maison ! » Dès lors il entreprend de se cacher dans Budapest -et fait preuve de ressources inouïes de courage et de ruse, avec une innocence qui n’empêche pas la claire conscience des périls. Ballotté entre différents membres de sa famille, il échappe à la « désinsectisation » qu’entreprennent les Allemands, sans trêve ni pitié, jusqu’à l’arrivée de l’Armée Rouge. La mort le frôle : il fait du patin sur la terrasse mitraillée par les avions russes, une balle vient transpercer la marmite où cuisent quelques haricots…
Le récit avance, avec une sorte d’humour décalé, de tendre lucidité, avec cette fidélité au regard et au jugement -ou à l’absence de jugement- de l’adolescent. Richesse -mais peut-être aussi limite- de cette œuvre : l’adulte, le sociologue dissident de la révolution massacrée de 56, le romancier aujourd’hui reconnu, s’absentent ici. Seul se débat l’adolescent survivant -qui aura ensuite à supporter le poids de cette question : « Sais-tu que tu vis à la place des autres ? »

Départ et retour
György Konrad
Traduit du hongrois
par Georges Kassai et Gilles Bellamy
Mille et une nuits
151 pages, 12

Candide en Hongrie Par Thierry Cecille
Le Matricule des Anges n°42 , janvier 2003.
LMDA PDF n°42
4.00 €