La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Dossier Camille Laurens
Dans cet amour las

mars 2003 | Le Matricule des Anges n°43 | par Philippe Savary

On avait quitté Camille Laurens dans ces bras-là, face à l’Homme, dans l’ardente mais irréversible différence des sexes. Si le livre parlait des hommes, il s’adressait surtout aux femmes. L’Amour, roman qui paraît aujourd’hui en serait la suite, le supplément d’enquête. Camille Laurens parle comme peu du sentiment des femmes, leur attente, leur désir, ce qu’ils suggèrent, ce qu’ils dissimulent, ce qu’ils appellent.
L’auteur cite en exergue du livre La Rochefoucauld : « Il est du véritable amour comme de l’apparition des esprits : tout le monde en parle mais peu de gens en ont vu. » Allons voir. Le duc, à la plume aiguisée, n’avait pas une très haute opinion de la chose. Si vertu n’est que vice déguisé, amour n’est que calcul, orgueil, hypocrisie, égoïsme. Autant de mots qui intéressent la romancière. C’est à la lumière de ces vérités-là, qui débusquent le forfait derrière l’apparence, que la narratrice de L’Amour, roman, réfléchit son passé, avec ses bribes et ses blancs. L’amour se transmet-il ? Sous quelle forme ? Y a-t-il comme un défaut d’amour ? puisque le sujet féminin construirait ses désirs et ses fantasmes sur l’imaginaire de l’enfance.
L’interrogation est d’actualité. La narratrice vit au présent la douleur d’une séparation, actif conjugal en cours de liquidation ; et l’espoir d’une grande aventure qui n’a rien de passive (avec l’amant -qui s’appelle toujours Jacques). À travers ces trois temps (ce que dit La Rochefoucauld, ce que dit le mari et l’amant, ce que donne à voir la filiation), le roman devient un jeu de pistes où il s’agit de rechercher, entre les lignes, et « l’interdit », les preuves d’amour (et de désamour). Sur ce sujet, la mythologie familiale est une terre féconde, écrasée par les figures masculines. Celle qui mène la danse appartient, depuis trois générations, à cette « lignée de femmes à la fenêtre ». Toutes ont beaucoup attendu -le retour du fugueur intermittent, l’amant le soir tombé. Dans cette construction habile, pour être au plus près de ce que dit la réalité, la narratrice pousse le « Je » de la confidence jusqu’à l’épuisement, confidence reprise en écho par ce « tu », voix en italique gardée à soi, plus intime, voix de celle qui écrit des livres et qui se demande « quoi poser sur le visage nu, quel masque assez fin pour épouser la peau » ?
Composé avec la simplicité de l’intelligence, L’Amour, roman (qui reprend en moins allègre des épisodes de Romance) est peut-être le livre le plus désenchanté de Camille Laurens. Le tragique a perdu son comique dans cette valse de la nostalgie avec le présent. Les phrases, longues et amples, épousent les contours d’un paradis vraiment perdu, que seul l’amour de la langue aidera à retrouver. Même si l’attente de ces visages à la fenêtre resterait « une activité riche d’avenir -une libre pratique de l’impossible » -mieux « une mise en jambes du désir », affirme la romancière dans Le Grain des mots, utile répertoire sur le paradoxe lexical qui dit le...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°43
6.50 €
LMDA PDF n°43
4.00 €