La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Histoires belges

mars 2003 | Le Matricule des Anges n°43 | par Pierre Hild

Le Mal du pays : autobiographie de la Belgique

Né en 1947 à Bruxelles, résidant à Paris depuis 1983, Patrick Roegiers a publié une trentaine de livres liés à ses passions et talents de romancier, homme de théâtre, critique photographique. La mort de son père, à Bruxelles, en 2001, a réveillé ce qui « sommeillait » dans le cœur de cet expatrié, ce « mal du pays » -que l’on peut lire aussi comme le mal que se fait le pays à lui-même- qui l’a poussé à écrire cet ensemble de textes classés alphabétiquement formant une « autobiographie de la Belgique ».
« Écrit en belge, à la belge, langue aussi inepte qu’inexistante », ce livre d’un expatrié à la recherche d’un temps, de lieux et de figures perdus brosse le rapport délicat de l’auteur à son pays. Tour à tour éloge au critique féroce, partant que « pas plus que le pays ne se rend à celui qui l’a quitté, le père disparu ne revient au fils qui est parti », Le Mal du pays est un éclat de rire encyclopédique mêlant joie et nostalgie, une entreprise que l’auteur conclura ainsi « Je sais à présent qu’il n’y a au fond pas plus belge que moi ».
D’André Blavier à Michel de Ghelderode, d’Arno à Jean-Claude Vandamme, de Bruxelles à Ostende, du Congo belge au Vlams Vlok, de la cramique au beignet de crevette, passant par -dans l’ordre d’apparition- Sternberg, Stink, Stoeffer, Stoemeling, Stoemp, Srtotje, Stuët stut ou stuut, suicide, surréaliste, c’est tout l’excès de la Belgique que rend Roegiers, faisant sienne la formule d’Ensor « Seul l’excès est productif. La modération jamais ».
Autobiographie d’un pays, autobiographie tout court, « récit de l’histoire et du roman familial », introduction vivante et documentée à l’Histoire et la culture belge, Le Mal du pays se lira suivant l’envie : d’une traite comme un roman, en piochant comme on le fait dans les dictionnaires. La passionnante histoire d’une passion.

Le Mal du pays
autobiographie de la Belgique

Patrick Roegiers
Seuil
512 pages, 22,50

En complément, signalons la parution de La Belgique en vers et contre tout poèmes macaroniques, du même auteur, aux éditions Luce Wilquin (80 pages, 10 )

Histoires belges Par Pierre Hild
Le Matricule des Anges n°43 , mars 2003.
LMDA papier n°43
6,00 €
LMDA PDF n°43
4,00 €