La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire Molière en short

juillet 2003 | Le Matricule des Anges n°45 | par Gilles Magniont

Corneille dans l’ombre de Molière

Ainsi ne pourra-t-on douter que Corneille est bien l’auteur de toutes les pièces en vers signées par Molière, ainsi que de Dom Juan, d’Amphytrion et de L’Avare«  : Dominique Labbé n’y va pas de main morte. Maître de conférences à l’IEP de Grenoble, il expose l’itinéraire qui l’a conduit à procéder à des statistiques lexicales sur divers discours -tels que ceux de Mitterrand : bien du courage !-, avant de pencher son ordinateur sur les Belles-Lettres. C’est là qu’il fait aujourd’hui petit scandale : armé d’un programme de calcul qu’il baptise »distance intertextuelle« , il s’avise que le vocabulaire employé par les deux fameux dramaturges est d’une proximité telle qu’on ne peut manquer de donner suite aux thèses de Pierre Louÿs : lui le premier (mais il y en eut d’autres, plus ou moins farfelus) s’avisa de deviner Corneille »dans l’ombre de Molière« …
Il n’y a pas lieu de traîner l’auteur en place publique. Certaines réactions outragées -qui précédèrent même la sortie du livre- prouvent surtout qu’il ne fait pas bon s’attaquer à certaines icônes, et que les universitaires ne goûtent guère qu’on hante leurs plates-bandes. En même temps, la sympathique position de franc-tireur ne permet pas à elle seule de défendre un livre franchement emmerdant. L’écriture y est d’une platitude absolue, et la »découverte" ne convainc jamais -car Labbé ne s’avise jamais de ce qui lie les mots entre eux. « L’informatique sera d’une très grande utilité pour les études littéraires du futur (…), elle permettra de connaître instantanément le vocabulaire d’un auteur (…), son style, ses thèmes préférés » : à lire cette conclusion, on se dit surtout que le scientisme a encore de beaux jours devant lui ! Espérons alors le canular : il suffirait d’une nouvelle ombre pour distiller un peu de charme dans ces mornes débats, comme pour concevoir que l’intrépide statisticien ait pu (aussi) étudier la « sémiotique des timbres postaux soviétiques »

Corneille dans l’ombre
de Molière

Dominique Labbé
Les Impressions nouvelles
136 pages, 15

Molière en short Par Gilles Magniont
Le Matricule des Anges n°45 , juillet 2003.
LMDA papier n°45
6.50 €
LMDA PDF n°45
4.00 €