La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Magie naturelle

juillet 2003 | Le Matricule des Anges n°45 | par Maïa Bouteillet

Comme au jour accompli

Après un premier livre (Nous, éditions William Blake and Co) en 1997, Didier Ayres a choisi de s’isoler dans une maison familiale dans le Limousin. Ce geste a son importance : se retirer c’est donner une chance de laisser venir à soi des perceptions nouvelles, des images inédites. La parution de Comme au jour accompli aux éditions Arfuyen est ce pas gagné. On referme ce livre et ses visions s’emparent encore de nous : un monde de grandeur qui refuse la grandiloquence mais qui ne vise pas seulement dans sa contemplation à restituer la réalité. « J’ai suivi le chemin/ Des arbres et de la nuit/ J’ai traversé la rivière/ Les ruisseaux d’apparat/ J’ai franchi la forêt/ Où les constellations sont en nombre infini/ J’ai marché parmi les roses/ Et les communautés célestes. » : une perception magique de l’univers constitue le noyau de cette poésie. Elle ne vise pas l’hallucination mais elle sait transformer la présence d’un cheval, d’une rivière ou d’une fleur en des figures tutélaires hors du temps. C’est ce « jour accompli » que le titre promet par la comparaison « comme » : la poursuite d’une éternité dans le temps humain, et l’activité humaine comme justement la forme ultime pour recueillir cette manifestation du merveilleux. Ces perceptions s’irisent ainsi, dans le flux de la grâce qui les éveille : « Les chevaux qui portent/ La constellation et les cieux/ Les chevaux qui traînent/ Des chariots d’or/ Assemblés/ Au gué des eaux/ Les chevaux comme des lutteurs/ Dans la nuit flamboyante. »
À quarante ans, Didier Ayres parvient en effet à écrire cette poésie « magie naturelle » dont nous parle le poète Jean-Yves Masson dans sa postface : « La chose désignée par le poème devient une note dans la partition qui la compose prudemment avec d’autres, jusqu’à ce que naisse quelque chose comme un chant qui ne cède pas aux illusions de l’ancien lyrisme. »

Comme au jour accompli
Didier Ayres
Arfuyen
91 pages, 13,5

Magie naturelle Par Maïa Bouteillet
Le Matricule des Anges n°45 , juillet 2003.
LMDA papier n°45
6.50 €
LMDA PDF n°45
4.00 €