La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger L’étranger

juillet 2003 | Le Matricule des Anges n°45 | par Thierry Cecille

À peu près contemporain de Nâzim Hikmet, ayant comme lui fait l’expérience des prisons d’Atatürk, assassiné le 2 avril 1948 alors qu’il tentait de franchir la frontière de la Bulgarie, Sabahattin Ali est un des rares prosateurs turcs qu’il nous soit donné de lire (quand nous offrira-t-on de nouveau les superbes nouvelles de Sait Faik ?). Cette réédition (on dut la première, en 1977, aux Publications Orientalistes de France) nous confronte à une curieuse et ambitieuse entreprise romanesque -réussie. Il s’agit en effet pour lui, sur un canevas de roman hellénistique -la tragique histoire d’un couple d’amants prédestinés mais que mille embûches vont séparer- d’allier une démarche naturaliste à des préoccupations plus symboliques, voire métaphysiques : Youssouf, le héros, est en quelque sorte, comme le Meursault de Camus, un étranger parmi les hommes, non seulement taciturne mais d’une humanité énigmatique, comme inaboutie, un être absent, endormi et ne s’éveillant que lorsque l’absurde dans lequel il doit vivre devient par trop révoltant.
On trouve donc, comme il se doit, des peintures réalistes de ce monde d’avant la révolution kémaliste : des jeux d’enfants dans l’immense mûrier, le canon qui annonce la fin du Ramazan, les noces villageoises au son du ney et du tambur, le rythme des saisons et des travaux des champs. Sabahattin Ali nous offre également la description objective d’une société empêtrée dans le conformisme et l’immobilisme politique, où règnent le népotisme et la lâcheté, où le viol d’une servante n’a pas plus de gravité que l’assassinat d’un pauvre épicier par le fils d’un gros propriétaire -car enfin « il ne pouvait pas en être autrement, cela s’était toujours passé ainsi ». Mais nous découvrons aussi des paysages d’une Turquie inattendue, nocturne ou pluvieuse (semblable à la Grèce d’Angelopoulos) et des portraits de femmes enfermées, de notables abrutis par le raki, de vitelloni ridicules ou cruels -chacun ayant sans doute au fond de lui, comme Youssouf, « la certitude d’être totalement inutile ».

Youssouf le taciturne
Sabahattin Ali
Traduit du turc par Paul Dumont
Le Serpent à plumes
452 pages, 9

L’étranger Par Thierry Cecille
Le Matricule des Anges n°45 , juillet 2003.
LMDA papier n°45
6.50 €
LMDA PDF n°45
4.00 €