La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poches La madeleine de Beucler

juillet 2003 | Le Matricule des Anges n°45 | par Karine Henry

Gueule d’amour

Inscrit au Panthéon du cinéma grâce à l’inoubliable Jean Gabin, Gueule d’amour fit sensation dès sa parution en 1926 : « digne des plus grands romanciers russes » selon Max Jacob. L’auteur, André Beucler (1898-1985), était une figure marquante de la vie littéraire de l’entre-deux-guerres. Publié par Gaston Gallimard, il fréquentait Kessel, Malraux, Cocteau et s’affirmait comme un des écrivains les plus prometteurs du renouvellement narratif. Il aimait aussi les femmes (au point d’épouser trois fois sa belle Natacha) et en parlait fort bien dans ses romans.
L’histoire de cet homme à femmes qui désire devenir l’homme d’une seule femme est un petit chef-d’oeuvre de légèreté grave. Lui, c’est Lucien Bourrache dit Gueule d’amour, l’ami de régiment que retrouve le narrateur dans une petite ville grise de province. Or, le magnifique Gueule d’amour a vieilli, s’est sali. Lui, ce soleil que toutes les femmes voulaient quand il n’était amoureux que de lui-même. « Dans quelle aventure sans éclat avait-il rencontré la laideur ? ». Le narrateur s’interroge d’autant qu’il vient lui aussi de tomber sous le charme inquiétant d’une inconnue croisée dans un bar de la ville. Le portrait fantasmatique d’une femme fatale rôde dans les parages et les nuits de ces hommes. Une femme, toujours la même, froide, sans scrupules, libre et insaisissable, désirable jusqu’à l’obsession. Serait-ce la même, serait-ce Madeleine ?
Le pouvoir de suggestion du roman tient à cette silhouette féminine énigmatique qui entraîne la montée en puissance du drame sentimental. Ici l’intrigue importe moins que l’analyse psychologique des personnages, leurs actes moins que leurs états d’âme. Et c’est ce qui fonde la modernité du texte. Cet oeil intransigeant qui saisit toute la réalité souffrante, sociale et sentimentale, la transcrit sans prétention d’effet. Beucler livre la vérité simple des comportements humains. Jusqu’à la chute assassine qui révèle le désespoir de cette France profonde qui a choisi la passion pour révolte.

Karine Henry

GUEULE D’AMOUR
André Beucler
Folio - 236 pages, 5,10

La madeleine de Beucler Par Karine Henry
Le Matricule des Anges n°45 , juillet 2003.
LMDA papier n°45
6.50 €
LMDA PDF n°45
4.00 €