La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire Sourires et poison

juillet 2004 | Le Matricule des Anges n°55 | par Adrien Mélampos

Remy de Gourmont (1858-1915), décidément, ne cessera jamais de faire son trou. En l’absence d’une édition exhaustive, son œuvre doit se contenter de l’éparpillement. En revanche, grâce à l’obstination d’une armée de zoïles intrépides et de lecteurs militants, plusieurs volumes paraissent chaque année. On se régale à tous les coups. Cette fois, ce sont les éditions À rebours qui prennent l’initiative de ressusciter les Proses moroses dont la dernière édition remonte à 1979. Un peu rose tout de même, cette nouvelle version rappelle s’il était besoin son immense talent. Les lecteurs du Château singulier (Contre-Moule, 1989), par exemple, savent quel poète en prose, quel nouvelliste il était. Nimbés de grâce, les textes courts de Gourmont sont d’une facture douce. Mais attention : on ne fera pas confiance à l’adjectif « morose » qui déjà n’avait pas porté chance à Villiers de L’Isle-Adam. On se frotte là à des textes empreints d’une malicieuse ironie, mais aussi à des pages piquantes comme des aiguilles parfois « frottées de ciguë », selon la formule définitive de Marcel Schwob servie en préface. C’est un trésor de beauté exposé sous « La Tour Saint-Jacques, solitaire et honteuse de sa beauté démodée, la vieille tour aux bêtes parlantes, aux bêtes de pierre et de rêve… » Avis.

Proses moroses
Remy de Gourmont
À rebours
128 pages, 9

Sourires et poison Par Adrien Mélampos
Le Matricule des Anges n°55 , juillet 2004.
LMDA papier n°55
6.50 €
LMDA PDF n°55
4.00 €