La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire Chez les yé-yé

juillet 2004 | Le Matricule des Anges n°55 | par Gilles Magniont

Poésie & calligraphie imprimée à Paris au XVIIème siècle

Reproduire en fac-similé un livre rarissime du XVIIe siècle, l’éclairer par diverses approches érudites, qui prennent en compte le contenu mais aussi la forme même de l’ouvrage : l’entreprise des éditions Comp’act est originale. Avec Poésie & Calligraphie imprimée à Paris au XVIIe siècle, volume pointu et luxueux, il s’agit d’envisager sous tous ses angles l’édition originale de « La Chartreuse ou la Sainte Solitude », récemment découverte à la Bibliothèque Mazarine. Soit un poème de Pierre Perrin contemporain de La Fontaine imprimé en 1647 par Pierre Moreau, « graveur ordinaire du Roy ». Que tout ceci paraît lointain : un imprimeur (qui se mêle encore de gravure comme de dessin) entreprenait alors d’inventer des caractères « imitant l’écriture bâtarde » et composant des pages richement ornementées ; un écrivain chantait l’un des motifs religieux les plus appréciés du temps, l’apologie de la « retraite » et l’oubli du « Monde »… Il ne faudrait pourtant pas croire que ces gens-là n’aient plus rien à nous communiquer : l’astucieux Perrin, qui écrivait des « paroles de musique » pour les airs à boire comme pour les cantiques, s’était avisé de ce que « plus la phrase est courte et coupée, plus elle est propre pour la musique ». On peut donc dire qu’il sut anticiper les refrains d’innombrables rengaines. Ou tout comme : « Je décris des fameux déserts/ Qui près des vagabondes nues/ Contre les tempêtes des airs/ Vont opposer leurs cimes nues ».

Chez les yé-yé Par Gilles Magniont
Le Matricule des Anges n°55 , juillet 2004.
LMDA papier n°55
6.50 €
LMDA PDF n°55
4.00 €