La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Salaam Mumbaï

octobre 2004 | Le Matricule des Anges n°57 | par Eric Naulleau

The Road to mumbaÏ

La réalité multiple et foisonnante de l’Inde, je comptais bien en dresser un vague inventaire dans ces pages, mais je crains que ce soit impossible », concède sans tarder le trop méconnu Fernando Nenhum (à quand la réédition de son magnifique roman L’Illusionniste dans la traduction du Père Haji B. Canular ?) avant de conclure en bout de piste : « Plus tard, au moment où l’avion décollait dans la nuit tiède, je me demandai si l’Inde existait. Je n’en étais pas très sûr. » Dans l’intervalle se déploie le plus haletant des récits à suspense : notre héros et sa compagne Kitty parviendront-ils à vaincre la turista et à déserter les toilettes assez longtemps pour composer « le plus paresseux chapitre de roman ou le plus léthargique des poèmes modernes » ? Ou même « une ode fitgéraldienne » ? Des écrivains nés sous le signe de la bougeotte, on distinguera avec profit entre les touristes et les voyageurs. Nenhum est sans conteste des seconds s’il consent à visiter un temple, c’est pour expédier la péripétie en une ligne et demie, tandis qu’une vague silhouette aperçue entre chien et loup lui inspire tout un paragraphe ainsi conclu : « Je me sentais triste à l’idée que j’avais vu cette femme sur sa véranda aux tout derniers soirs de sa vie. » À ce petit bijou d’humour et de décalage, serti de phrases qu’on aurait bien aimé laisser tomber de sa propre plume, rien d’autre à reprocher que la traduction de Jean-Paul Chabrier, lequel n’a pas su s’effacer derrière le texte portugais. Par endroits, on jurerait lire un original de l’auteur de J’ai rencontré Perdita.

The Road to Mumbaï de Fernando Nenhum
Traduit du portugais par Jean-Paul Chabrier,
L’Escampette, 78 pages, 12,50

Salaam Mumbaï Par Eric Naulleau
Le Matricule des Anges n°57 , octobre 2004.
LMDA papier n°57
6.50 €
LMDA PDF n°57
4.00 €