La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Jeunesse Monochrome blanc

mars 2005 | Le Matricule des Anges n°61 | par Malika Person

Comme les doigts de la main

Comme les doigts de la main est un roman sur l’attachement, sur ce qui fonde l’histoire de la vie de deux adolescents, Chloé et Antoine. Depuis la mort par accident de leurs pères respectifs, ils souffrent, leurs corps souffrent et leur histoire est atteinte. Quelque chose est cassé à l’intérieur de leurs corps et qu’il faut réparer, le temps d’une nuit dans un hôpital. C’est sur ce fil ténu que va se dérouler le roman. Les deux adolescents vivent avec souffrance la dualité de l’attachement vital au père et l’expérience de la rupture absolue par la mort. L’alternance des deux voix d’Antoine et de Chloé qui structure le roman renforce l’idée de fragmentation, d’atomisation dans l’espace de ces deux êtres qui finiront tout de même par se rencontrer. Leurs corps s’attachent et se détachent dans un acte d’amour. Les deux personnages s’exposent de nouveau à l’expérience de la perte possible. À l’angoisse de la mort succède cette fois-ci la pulsion de vie.
Dans ce roman d’Olivier Adam, pas d’intrigue sinon des phrases qui renforcent la blancheur de la page, annulant le noir sur blanc qu’il nous est donné à voir. Blanc sur blanc, on ne voit rien que du blanc parfaitement blanc. De la neige, des couloirs d’hôpital, la peau nue de Chloé, des fantômes… Les phrases flottent ou glissent et s’effacent au fur et à mesure dans la lente progression du texte. Une dématérialisation s’opère sous les yeux du lecteur comme pour signifier les disparitions mais aussi faire place à de nouveaux attachements qui fondent le sens de la vie.

Comme les doigts de la main d’Olivier Adam
L’École des loisirs, « Médium », 126 pages, 8

Monochrome blanc Par Malika Person
Le Matricule des Anges n°61 , mars 2005.
LMDA papier n°61
6.50 €
LMDA PDF n°61
4.00 €