La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Vivre au kibboutz

juin 2005 | Le Matricule des Anges n°64 | par Franck Mannoni

Giorgio Voghera n’est pas un intellectuel consensuel. Cet Italien de confession juive a connu les lois raciales de la fin des années 1930 dans sa ville de Trieste. Il a été au contact des populations exilées volontaires en Palestine. Il a vécu les prémices de la réalisation du rêve sioniste et la naissance de l’État israélien. Ballotté par l’Histoire, il s’est affranchi des analyses a priori pour délivrer un récit personnel sur sa vie dans les kibboutz, dès la veille de la Seconde Guerre mondiale. Journal circonstancié, compte-rendu, catalogue de pensées, Voghera feint d’hésiter entre toutes les formes pour prendre le meilleur de chacune. L’écrivain veut « constituer un document humain et en aucun cas un recueil de thèses et de leçons politiques ». Conscient de l’usage périlleux des citations tronquées, l’auteur se met à l’abri de toutes les récupérations partisanes. Vie sentimentale, réflexions politiques, considération sur les Palestiniens, les juifs polonais ou italiens, les hommes politiques, le travail des champs, tout est ici imbriqué de telle manière qu’il ne soit pas possible d’étiqueter une œuvre aux entrées multiples. « Ma patrie est le monde, ma loi est la liberté », professe-t-il. Cosmopolite et pacifiste irréductible, Voghera montre une réelle curiosité pour tous les peuples, notamment ces Arabes que d’autres regardent avec méfiance en cette veille de conflit planétaire. Opposé à une certaine justification du sionisme, méfiant envers les hommes politiques dont il craint les dérives arrivistes, Voghera propose une réflexion à cœur ouvert sur une question parmi les plus complexes du XXe siècle : le destin tragique de tout un peuple.

Franck Mannoni

Cahiers d’Israël de Giorgio Voghera
Traduit de l’italien par Carole Cavallera,
La Différence, 189 pages, 15

Vivre au kibboutz Par Franck Mannoni
Le Matricule des Anges n°64 , juin 2005.