La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Conflagrations affectives

juin 2005 | Le Matricule des Anges n°64 | par Sophie Deltin

Grand-père et son canon

Sa grand-mère, une cantatrice célèbre, le narrateur avait toujours entendu dire qu’elle était morte le 15 mai 1915. Et pour pallier ce manque d’aïeule, il raconte non sans humour comment ses parents y ont remédié « à coups de marteau… dans le crâne » par « la noble image littéraire » « d’une grand-mère fée vieillissante dotée de toutes les perfections ». Alors quand un beau jour il reçoit une lettre et une photo d’elle, « radieuse, aux côtés d’un vieux monsieur » à l’« air maussade », la nécessité s’impose de réviser les légendes de l’histoire familiale. Mais seule la lecture du journal intime de son grand-père, ancien officier de l’armée austro-hongroise et inventeur du « plus grand canon de la monarchie », va pouvoir expliciter cette « résurrection inopinée ». C’est le « compromis foireux avec la dure réalité » que le roman tente de restituer, l’écriture devenant ce lieu palimpseste d’une mémoire improbable.
Si l’on découvre une histoire d’amour déçue mêlée d’une affaire d’espionnage rocambolesque, c’est d’abord un récit drolatique, où la dérision du ton, le cocasse des situations le disputent à la triste clairvoyance de la guerre. C’est surtout une parabole loufoque sur le thème de l’occasion manquée, mais dont on ne sait, au final, s’il faut en rire ou en pleurer. Saluons ainsi les efforts d’une maison d’édition qui s’ingénie à nous divertir des facéties insoupçonnées de la littérature des pays de l’Est.

Grand-pÈre et son canon d’Ota Filip
Traduit de l’allemand par Pierre Foucher
Éditions Noir sur Blanc, 158 pages, 18

Conflagrations affectives Par Sophie Deltin
Le Matricule des Anges n°64 , juin 2005.
LMDA PDF n°64
4.00 €