La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Derniers feux

juillet 2005 | Le Matricule des Anges n°65 | par Thierry Guichard

Cinq nouvelles méticuleuses décortiquent les derniers feux de l’âme de femmes ou d’hommes au moment où leur vie sentimentale bascule. Parce qu’ils se sont confrontés à la lucidité. Chaque texte ici est comme une plongée dans les eaux inquiètes de la psychologie, de la solitude intérieure, à l’heure des bilans. Dans la première nouvelle, une femme vit quelques minutes d’un adultère platonique qui vont lui révéler le bovarysme dans lequel elle s’enfonçait. L’écriture d’Hélène Lenoir fait l’autopsie microscopique des relations sentimentales (amoureuses ou familiales) avec une inaltérable cruauté. Sa phrase emporte, dans ses vrilles, la pensée de ses sujets, jusqu’à leur faire perdre pied.
Arrivé au milieu de sa vie (à son entracte) chaque personnage fait l’expérience du vide : dans « L’Infidèle », l’héroïne se persuade du désamour de son mari, puis le voyant parti un matin, pense qu’il l’a quittée comme sa logique le voudrait. L’époux, en réalité, s’est rendu à un colloque à Genève. En réalité ? Mais le réel social n’est-il pas qu’une farce pour masquer la réalité sentimentale : la solitude, définitive, de tous ? De ces cinq microcosmes dépiautés au scalpel, le lecteur retient une douleur diffuse : celle que laisse la vie à marée basse.

L’Entracte de Hélène Lenoir
Éditions de Minuit, 124 pages, 12

Derniers feux Par Thierry Guichard
Le Matricule des Anges n°65 , juillet 2005.