La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Miroir du deuil

juillet 2005 | Le Matricule des Anges n°65 | par Thierry Guichard

Le temps qui file tresse des nœuds d’angoisse. Il sème des bribes de notre propre identité, chaque instant qui passe nous éloignant de nous-mêmes. L’angoisse du temps s’inscrit dès le titre du premier livre de Jeanne Herry comédienne née en 1978. Ses 80 étés signent la fin du printemps et font entendre le participe passé du verbe être.
Le livre s’écrit sur le mode de la quête intime, des souvenirs, de la collection des moments vécus. À son horizon, deux hommes : le psychanalyste de la jeune femme et Paul le grand-père paternel qui vient de mourir. Ce dernier donne la matière du livre, le premier en définit la forme. Car 80 étés décline un travail de deuil en forme de canevas : les chapitres courts, d’une sensibilité inquiète et tendre, finissent par constituer une voix, celle d’un écrivain. C’est ce qui surprend : le livre n’exhibe aucun drame déchirant, aucune souffrance spectaculaire. C’est le premier bilan d’une jeune femme qui a longtemps pensé avoir du charme là où d’autres sont belles. Une fille qui n’a jamais cessé de se chercher. Elle pourrait ne rien raconter, que Jeanne Herry imposerait encore qu’on la lise. Il y a dans ces pages une étonnante sagesse et une pétillante jeunesse ; le cocktail est rafraîchissant autant qu’émouvant. « Mes parents… comment vous dire que vous voir vieillir me donne parfois envie de mourir avant vous ? » est une phrase qu’on lit, après que l’écrivain a évoqué les mots que le prêtre à l’enterrement de Paul a prononcés : « avec autant de conviction que si l’on me forçait, couteau dans le dos, à féliciter Bernard Tapie. » En pointillés, Jeanne Herry utilise tous les tons de sa palette : avec une justesse qui touche.

80 étés de Jeanne Herry
Gallimard, « Haute enfance », 113 pages, 10,50

Miroir du deuil Par Thierry Guichard
Le Matricule des Anges n°65 , juillet 2005.