La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Revue Federman sans limite

septembre 2005 | Le Matricule des Anges n°66 | par Philippe Savary

Fusées N°9

Raconter l’homme et l’œuvre, c’est l’objet du beau dossier que consacre Fusées à Raymond Federman. Un échange de mails entre l’auteur d’Amer Eldorado et l’écrivain Henri Raczymow en constitue le fil rouge, marqué par le traumatisme et l’esprit clownesque. Federman évoque son enfance à Montrouge. La rafle de juillet 1942, à laquelle il échappe, caché dans un placard père, mère, sœurs finiront à Auschwitz. Puis son départ pour l’Amérique, à 19 ans, avec pour seul bagage la langue française. Ce qui fait dire à Christian Prigent : ses écrits (romans, poèmes, récits) « tentent simultanément d’exposer et de conjurer la cruauté génératrice de l’œuvre en la passant à la moulinette de la comédie ».
Federman, « toxicomane du mot », roi de la digression, fut l’ami de Beckett. Aussi nageur, parachutiste, golfeur, saxophoniste, etc. À propos du golf dont il loue les vertus méditatives : « À Westwood, après un de mes drives, une mouette est tombée du ciel ». À propos des États-Unis : « Ce qu’on appelle l’Amérique est une fiction fabriquée par Walt Disney (…), je voulais fuir la réalité et vivre comme dans un rêve. » Écrire un roman ? « C’est un peu comme faire de la comptabilité il faut toujours calculer d’avance ce qu’on va faire pour qu’on puisse faire exactement le contraire ». On y lit aussi le portrait de ce « fictionnaire » par sa fille Simone, son parcours éditorial parsemé de refus (l’un voulait « ma vie, ma misérable vie pour 5000 $ »). Le facétieux et excessif Californien, expert en nouilles, avoue également : « Quand j’ai rien à foutre, je compte combien de livres j’ai dans ma bibliothèque mais j’arrive jamais au même nombre. »

Fusées N°9, 216 pages, 27,50 (29, rue Gachet 95430 Auvers-sur-Oise)

Federman sans limite Par Philippe Savary
Le Matricule des Anges n°66 , septembre 2005.