La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Événement & Grand Fonds Divin corps

septembre 2005 | Le Matricule des Anges n°66 | par Richard Blin

Déjà à la tête d’une des œuvres les plus marquantes de la fin du XXe siècle, Claude Louis-Combet nous offre avec les tribulations de Druon un saint chez qui la vision transcende la possession, un extraordinaire bouquet de sublimités mystico-charnelles.

Les Errances Druon

Tempête d’ombre et de lumière à la confluence de la mystique et de l’érotisme, ode à la toute-puissance magnétique de la femme, le dernier livre de Claude Louis-Combet, tout en errances et rêveries, fantasmagories et théâtralité anatomique, a le luxe magnifiquement scandaleux de tout ce qui vient de l’autre côté. De l’envers de l’excès, de ces régions très obscures de l’imaginaire et de l’inconscient où s’éprouve très viscéralement le lien qui existe entre Dieu et le sexe, « comme si l’âme formait l’extrême floraison du sexe ». C’est cette face cachée du spirituel, cette intériorité sensuelle où âme corps et rêve ne font qu’un, qu’explore, dénude, épouse un Claude Louis-Combet au sommet de son art. Car « aujourd’hui où les convictions de la foi religieuse paraissent hors d’atteinte du ridicule et où l’on peut tout dire puisque personne ne croit plus à rien, il ne faut pas se retenir de révéler le nœud de conduites aberrantes, qui se dissimule derrière la façade bienséante de la sainteté officielle ». Définitivement en mal de Dieu mais toujours en mal d’adoration, il n’en finit pas de mesurer à l’aune de sa propre expérience (lui qui, à 18 ans, et au prix d’une rupture radicale avec toutes les promesses du cœur et des sens, s’était retiré du cours de la vie ordinaire pour entrer en religion avant d’y renoncer, trois ans plus tard, au moment de prononcer ses vœux) ce qu’il en coûte d’être un fils perdu, un homme condamné à vivre avec sa nostalgie du sacré, ses angoisses de perdition et son rêve d’un monde sans péché. Écrivain engagé dans l’expression de la dimension érotique de l’existence, il utilise, sans en être dupe, toutes les puissances de la littérature pour évoquer des trajectoires bouleversantes, des transgressions spectaculaires, des amantes aussi fascinantes qu’auto-destructrices, des êtres engageant totalement leur corps dans la quête de la perfection, de l’absolu ou de l’amour de Dieu ce qui est sa manière de poursuivre son interminable interrogation sur les liens obscurs liant la Beauté au Mal, ou sur le sens de l’éros qu’il faudrait peut-être considéré comme l’âme de l’univers ?
Autant dire que Les Errances Druon, avec sa Vierge qui saigne et son fond d’amours sacrilèges ou interdites, se situe aux antipodes de ce qui se pense et se dit aujourd’hui. S’inspirant d’une figure populaire du folklore religieux du Nord de la France, saint Druon, patron des bergers, Claude Louis-Combet fait de ce personnage mi-historique mi-légendaire qui vécut au début du XIIe siècle, une sorte d’alter ego, un personnage qui tantôt lui ressemble comme un frère, tantôt lui est complètement étranger.
Ce qu’il met en lumière porte à l’incandescence ce nœud d’innocence et de perversité où s’enracine tout amour.
Cette façon de réinventer sa biographie intime, et tout intérieure, dans le miroir de fantasmes et d’expériences exemplaires partagées avec le héros du récit, Claude Louis-Combet la nomme mythobiographie. Ce qui suppose un...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA PDF n°66
4.00 €