La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Histoire de rien

mai 2006 | Le Matricule des Anges n°73 | par Philippe Castells

Charlotte s’ennuie, s’ennuie au point d’en être dépressive, peut-être, à moins que cela ne soit l’inverse : une lassitude générale venue d’un dégoût de tout. Charlotte est enceinte, mais elle ne veut pas, d’ailleurs elle est mère déjà et n’aime pas ses enfants. Son mari n’échappe pas à son désamour, ni sa maison, ni la région où sa maison se tient, région pleine de soleil et de cigales, car Charlotte n’aime guère le chant des cigales, ni la chaleur. Charlotte écrit. Des livres. Sauf là. Elle ne peut plus écrire. L’écriture ne vient pas. Comme s’il n’y avait plus rien à dire. Charlotte ne ressent plus rien non plus pour sa meilleure amie d’enfance. Jeanne. Jeanne est la maîtresse de Jacques, le mari de Charlotte, depuis des années. Ce que Charlotte observe avec un détachement irréel et quelques fois des pulsions masturbatoires intempestives. Charlotte boit du brandy, trop. Bref, la vie de Charlotte est un encéphalogramme plat. Et ce premier roman se résume à cela, le talent de Sophie Lasserre à rendre l’ennui palpable. Aucune phrase plus haute que l’autre, même lors des dérapages éthyliques de Charlotte ; l’auteur définit une équanimité de style, l’aune du récit : une égalité dans la constatation de tout, comme si chaque moment de la vie avait une égale valeur, une valeur terne. Les mots ne sont ni savants ni les tournures alambiquées et on est surpris, au milieu de tout ce polissage, de croiser l’évocation de Duras ou de Purcell. C’est la réussite de cet exercice de style, la maîtrise d’un bout à l’autre d’une atmosphère où le contraste le plus violent s’approche du monochrome : peu de chose narrée en somme, mais avec un parfait contrôle.

Août de Sophie Lasserre
L’Arpenteur, 88 pages, 9

Histoire de rien Par Philippe Castells
Le Matricule des Anges n°73 , mai 2006.
LMDA papier n°73
6,00 €
LMDA PDF n°73
4,00 €