La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Naviguer ses obscurités

mai 2006 | Le Matricule des Anges n°73 | par Richard Blin

La Chambre des bateaux

Des aperçus saisissants, des fulgurations, des pensées-paysages, une explosion féconde de sentences ruisselantes d’énergie éveilleuse font et forment le dernier livre de Manz’ie. Un livre inclassable, né dans les marges de la création, fait de tout ce qui n’a pu trouver place dans les livres précédents. Un montage d’intensité rythmé par le retour de thèmes obsessionnels, par la scansion imposée par une pensée en révolte contre le pouvoir pronominal, la forme d’aliénation qu’ils symbolisent. Manz’ie ne veut plus de leurs « carcérales limites », de « ce morcellement de visage-à-toi, à-moi… » derrière lequel « vivent des absences dont l’identité-sûre-d’elle n’est qu’un visage de pierre tombale ». Il ne veut plus de « la satisfaction graisseuse de se prendre pour soi-même ». Plus de « ces moi-je illusoires d’occupant/ occupé ». Ce qui l’intéresse, ce sont les « populations de notre corps-territoires que l’identité ne prend pas en compte ». C’est l’énigme d’être saisie jusqu’en son incongruité. Parce que nous sommes des « êtres-monde » dont il s’agit d’épouser les rythmes, d’explorer les îles et les archipels. C’est de cette forme d’existence buissonnière et de l’accueil à réserver à l’inattendu que témoigne La Chambre des bateaux. Une sorte de Bateau ivre dérivant au sein du grand étonnement, au gré de ce qui est et qu’on n’a encore jamais vu. De la vie et de l’âme en voyage, mais un voyage qui est l’écriture elle-même. « J’écris avec le toucher des mots dans le grand-noir-de-dire… regardé par le sujet invisible dont j’inspire les doubles ». Autrement dit assumer cette forme de trans-identité qui nous transforme en passager clandestin du destin. Être ce « braconnant-prédateur-d’absolu » naviguant « ses obscurités sans autre éclaircie que de naviguer encore ».

La Chambre des bateaux de Manz’ie
Éditions Comp’Act, 96 pages, 19

Naviguer ses obscurités Par Richard Blin
Le Matricule des Anges n°73 , mai 2006.
LMDA papier n°73
6,00 €
LMDA PDF n°73
4,00 €