La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français De simples gens

mai 2006 | Le Matricule des Anges n°73 | par Dominique Aussenac

Les Cendres de l’Empire

Qu’est-ce qui pousse les humains à voyager, puis à retranscrire leurs pérégrinations sur des feuilles de papier ? Alain Dugrand tente de répondre en esquissant un pied de nez avec ce commentaire de Cornélius Paw : « Sur cent voyageurs, il y en a soixante qui mentent sans intérêt, et comme par imbécillité, trente qui mentent par intérêt, ou, si l’on veut, par malice, et enfin dix qui disent la vérité, et qui sont des hommes. » À la lecture de son dernier carnet de voyages sous-titré « Voyages du Caucase en Indus », la réponse apparaît évidente : le besoin de fraternité, le désir de connaître le maximum d’expériences humaines. Précision : l’expérience de « simples gens », ceux qui ont peuplé son voyage de dix ans dans des pays qui s’enflamment, se contorsionnent depuis la disparition de l’Union Soviétique, Abkhasie, Georgie, Arménie et d’autres où l’islamisme fait des ravages, l’Iran et le Pakistan. Sur les rivages de la mer Noire, dans les anciens lieux de villégiatures des Tsars ou des dignitaires communistes finit de se flétrir la République abkhase dont la capitale est Soukhoumi. Dugrand y rencontre la comtesse Médéa dont les doigts enserrent un bâton qui la protège des rats. Aveugle, misérable, dans les ruines de son ancien palais, à quatre-vingt-trois ans, elle attend la mort. « Près d’elle, dans un gros édredon de plume, un visiteur désemparé a placé une énorme horloge, dont Médéa lit les aiguilles, du bout des doigts, son dernier filet de vie. » Si Dugrand privilégie les portraits sensibles d’individus ou de communautés, il sait évoquer aussi avec lucidité et pragmatisme les conditions géopolitiques qui ont mis à feu et à sang nombre des pays évoqués. Une très belle carte du Tendre.

Les Cendres de l’empire d’Alain Dugrand
Hoëbeke, 185 pages, 16

De simples gens Par Dominique Aussenac
Le Matricule des Anges n°73 , mai 2006.
LMDA papier n°73
6,00 €
LMDA PDF n°73
4,00 €