La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Douce vase

juillet 2006 | Le Matricule des Anges n°75 | par Philippe Castells

Le Veilleur de Matera

L’homme sensible, l’homme aux aguets fonctionne ainsi, par photographie : non de ce qu’il voit, mais de ce que les événements, du plus anodin au plus représentatif, évoque en lui. Le veilleur a cette fonction : enregistrer les faits qui entrent dans son champ de responsabilités, en référer. Qu’il prenne un peu de recul, on tombe en littérature. On détruit le champ factuel et on plonge dans l’espace subjectif des réalités poétiques, aussi terribles fussent-elles. « Les lois entraînent l’aveugle, le candide qui vient du pays du lait, du miel et de l’élixir, les lois le poussent vers Buchenwald, la Kolima, Srebrenica, Kigali et Babylone. Les lois applaudissent les ogres, elles ne font pas la différence avec les anges. »
C’est une avalanche d’images toutes exotiques, un peu comme si le monde sous le prisme de Serge Airoldi, s’emplissait de saveurs lourdes : sucrées ou pimentées, contrastées avec une pesanteur propre aux chaleurs du globe. Le veilleur ici débobine sa pelote de souvenirs suivant un fil qu’il tire en douceur, s’amusant tendrement des enchaînements qu’il découvre lui-même. Il y a cela aussi dans la prose de Airoldi, cette tendresse dans les images, une espèce de langueur qu’il prête aux pensées de tous les personnages qu’il évoque : les tortionnaires comme les amants, les enfants, les rugbymen, le congolais supporter de foot ou le cafetier de Palerme. « J’écris soudain, quand la mémoire sursaute, j’écris comme vont les raisins, par grappe, les grappes font des sillons et les sillons des vignes… », avoue le narrateur dans les dernières pages, ainsi boucle-t-il son témoignage, referme-t-il le cercle de sa mémoire, « le texte est nu, il naît, se nourrit et se pose, c’est une vase douce dans l’étang qui retrouve enfin le calme. »

Le Veilleur de Matera de Serge Airoldi
La Fosse aux ours, 89 pages, 13

Douce vase Par Philippe Castells
Le Matricule des Anges n°75 , juillet 2006.
LMDA papier n°75
6.50 €
LMDA PDF n°75
4.00 €