La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Destins dansants

septembre 2006 | Le Matricule des Anges n°76 | par Philippe Castells

La Procession d’Echternach

Hervé Carn offre, en trois actes, la démonstration que l’histoire, interférant dans nos filiations, se joue de nos destinées. Son ton sobre, retenu, donne à son récit une gravité propre aux mémoires mélancoliques ou aux observations douloureuses.
On entre d’emblée dans ce qui pourrait être une enquête, une mission secrète, avec un narrateur observant un homme.
Il est alors lui-même observé parce qu’il observe cet homme, mais sans qu’une motivation vienne fonder cet espionnage. Le deuxième acte seulement nous révèle l’identité de cet homme, du moins son histoire. La filiation n’est pas encore pleinement assumée. Dans la troisième partie, le narrateur évoque son père ; et, le chemin étant parcouru, toute l’étendue du drame apparaît. Toute la difficulté du récit tient dans la présentation des faits, tout son intérêt aussi. Un homme sous prétexte de défendre son patrimoine culturel, choisit, durant la guerre, le camp des tenants de la pureté raciale, son fils, pour les mêmes raisons, choisit l’autre camp. À la fin de la guerre, ce fils part en Allemagne, il a changé de nom, prit son nom de guerre et, hasard de la vie, connaît l’amour et épouse une Allemande, dont un fils naîtra.
Tout ceci éclairé, l’homme, fils et petit-fils, qui mène l’enquête peut enfin se poser la question de ce qu’il est ; jusqu’au rejet définitif de toute filiation, celle-ci passant par la mort du grand-père, la destruction des papiers du père : « la copie de l’extrait du greffe l’autorisant à porter « ce nom de guerre » qui était devenu le mien, ses cartes de combattant et de réfractaire » qui est l’aveu de sa propre mort à lui-même, suicide symbolique. Preuve s’il en est que nos pères parfois, nous assassinent.

La Procession d’Echternach d’Hervé Carn
Édition Lignes/Léo Scheer, 121 pages, 13

Destins dansants Par Philippe Castells
Le Matricule des Anges n°76 , septembre 2006.
LMDA papier n°76
6.50 €
LMDA PDF n°76
4.00 €