La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Revue « Le bitume est exquis »

janvier 2007 | Le Matricule des Anges n°79 | par Emmanuel Laugier

Théodore Balmoral N°52/53 (Aussi longtemps qu’on est en vie)-

Commençons par la fin de la nouvelle livraison de l’endurante et excellente revue Théodore Balmoral, avec ce très beau texte que Jacques Réda esquisse sur la poétique de l’inclassable écrivain suisse Charles-Albert Cingria. Y est dit ce qui peut-être rassemble toutes les autres contributions de ce numéro : « Ce qui demeure (chez Cingria) est le véhicule en quelque sorte musical de la doctrine, et la polyphonie qui la submerge et déroule avec subtilité, coruscation, espièglerie, tous les fastes d’un poétique concret ». Concrétude des perceptions d’enfances, balancement rythmique de la langue qui se trouve occupée à les décrire, voilà les deux basses, comme en stéréophonie, réunies pour des accords d’écritures subtiles et savantes. Notons, par exemple, l’« Iris », de Mina Süngern, texte en bloc de prose serrée, sans ponctuation aucune, tendu vers le mystère d’une presque enfance. Ailleurs, deux pages d’Odette Pagier narrent, d’une pudeur exemplaire, l’abandon d’une petite fille, et de ce qu’elle laisse derrière elle par un livret sans famille. C’est encore l’enfance, meurtrie, tatouée sur le corps, qu’écrit la peintre Marie Alloy dans son « Il n’y a pas d’ange qui tienne ». À travers le journal (P. de Roux), le récit (G. Ortlieb), les traces de voyage (C. Dourgoin), la mort d’un père (V. Horton), les sonnets (Y. Leclair), la prose coupée (E. Faure), et un très singulier carnet de réflexions libres (J. Falletti) se rythment rencontres et mémoires, ce que l’écriture, instrument de la distance juste, redéploie en fait d’origines perdues, jusque dans notre présent.

Théodore Balmoral N° 52/53, 208 pages, 20 (5, rue Neuve Tudelle, 45100 Orléans)

« Le bitume est exquis » Par Emmanuel Laugier
Le Matricule des Anges n°79 , janvier 2007.