La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Entretiens Les écrivains perdus

janvier 2007 | Le Matricule des Anges n°79 | par Gilles Magniont

Sommes-nous voués à reproduire le meurtre de nos aînés ? Avec « La Disparition de Sorel », investigation savante et romanesque, Pierre Lepape fait œuvre de mélancolie comme d’opposition.

La Disparition de Sorel

Quand on demande à Pierre Lepape si son expérience du journalisme il a commencé dans les pages du quotidien Paris-Normandie l’a « formé » à comprendre la littérature au prisme des réalités politiques, il inverse la proposition : « c’est la littérature qui me permet d’éclairer le réel ». En cela, il a quelque parenté avec Charles Sorel : celui-ci considérait qu’un roman devait permettre à ses lecteurs de mieux vivre, de mieux se diriger dans la société. « Ce qu’il reprochait au roman traditionnel, c’est au contraire de leur mentir, de les égarer, de les éloigner de leur vie et de leur bonheur » : en 1623, avec l’Histoire comique de Francion, Sorel entreprend de les rapprocher de ce bonheur. C’est un roman touffu, compliqué, provocant, polémique. On y observe la société telle qu’elle fonctionne ; on y découvre que l’État est une fiction parmi d’autres, à laquelle on pourrait ne pas croire. L’entreprise est séditieuse, elle prolonge la pensée de la Renaissance et participe du bouillonnement (poétique autant qu’idéologique) du début du XVIIe, « période indécise où tout semble possible ». Tout est possible, jusqu’à l’arrêt du Parlement de Paris : l’année même où paraît Francion, on condamne par contumace le poète et libertin Théophile de Viau à être brûlé vif.
Sorel reprendra son ouvrage, en 1626 puis en 1633. Il le prolonge, et surtout l’amende. Il multiplie noms d’emprunt et stratégies d’effacement. Il s’essaye à la philosophie, à l’histoire : c’est un érudit, et, commente celui qui signe La Disparition de Sorel, « l’érudition est un des visages de la mélancolie ». Au temps de la « grande vitrification du classicisme », au temps de la parole policée et des écrivains-courtisans, Sorel est peut-être un mort-vivant. En s’essayant à le faire renaître, Lepape fait bien sûr œuvre littéraire : comme d’autres ( « Dans ce livre, il y a beaucoup des discussions que j’ai pu avoir avec Pascal Quignard » ), il se saisit des figures historiques pour nourrir de nouveaux romans. On préférera de loin ces fictions plausibles à celle d’une histoire littéraire oublieuse. « Quand on fait l’histoire de la littérature, on fait l’histoire de ses vainqueurs » : dans un mouvement inverse, celui qui rêve d’un essai sur les « ombres des Lumières«  »ces écrivains qui se sont opposés à Diderot ou à Voltaire et qui ont disparu de la circulation » entend retrouver les voix perdues des vaincus.

Votre livre est très informé, mais on n’y trouve pas de notes ou de bibliographie.
Oui, à la différence du Pays de la littérature (Seuil, 2003), je ne voulais plus du tout de cet appareil. Je voulais qu’il reste un peu de Sorel dans ce que j’écrivais ; or Sorel me paraît trop libre, disparate, contradictoire, pour que mon discours soit lui-même normé. Je voulais même me donner la possibilité de faire un petit peu de roman. On sait si peu sur la biographie de Sorel, il y a tellement de trous, de choses à rêver, à construire. Rien, dans les textes, ne dit...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA PDF n°79
4.00 €