La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Marche funèbre

janvier 2007 | Le Matricule des Anges n°79 | par Anthony Dufraisse

Jamais est l’écho de toujours

Quand Albie Starbach n’est pas en colère, il est amer ce qui n’est jamais qu’une manière, certes adoucie, de l’être encore. Cumulant les petits boulots, ce Starbach n’aurait guère d’intérêt s’il n’avait depuis l’enfance de sévères hallucinations. Son imaginaire parasite la réalité sous forme de fantômes de desperados qui lui apparaissent intempestivement. Lui-même, à force, se prend pour un cow-boy. Il en a la dégaine et il sait sur le bout des lèvres son répertoire country, fredonné entre deux chiques. Dira-t-on que le personnage de Callaghan est un raté paranoïde ? Disons plutôt qu’il est perdu et éperdu. Pas de vie sociale, sauf à penser que le tripotage de strip-teaseuses est une forme de sociabilité ; pas d’aspirations non plus. Pourtant, indéfinissable, quelque chose le travaille. La fierté n’y fera rien ni non plus le désir d’en remontrer à certains, il s’abandonne à une poisseuse mélancolie, impuissant à voir clair en lui. Progressivement il s’enferme dans une solitude proche du solipsisme, propice à renforcer son instabilité mentale. Mais Sébastien, « un petit garçon à la face d’ange », réveille en lui l’affection et la tendresse. Entre eux s’installe une complicité, celle des mal-aimés. Il pourrait revivre Albie, enfin compris par quelqu’un, si la société ne l’en empêchait, interdisant, par le soupçon généralisé, ce genre de relations. C’est ne pas comprendre que ces deux-là sont d’égal à égal : par sa maturité l’enfant a tout d’un petit homme, et Starbach tout de l’homme que l’enfance n’a pas quittée. La suspicion fera qu’il va définitivement s’assombrir et, fataliste, sombrer. Les toutes dernières pages le montrent littéralement anéanti, on lira comment la mort se donne à lui (un indice dans l’épigraphe). Ce roman est une marche à la mort, une imploration sourde.

Jamais est l’écho de toujours de Barry Callaghan
Traduit de l’anglais par Claire et Louise Chabalier, Les Allusifs, 151 pages, 13

Marche funèbre Par Anthony Dufraisse
Le Matricule des Anges n°79 , janvier 2007.
LMDA PDF n°79
4.00 €