La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Lettres en guerre

janvier 2007 | Le Matricule des Anges n°79 | par Lise Beninca

CHTO Interdit aux moins de 15 ans

Des flèches qui partent dans toutes les directions, des mots barrés, des phrases engrillagées, « TATA TATA TATA TA une bombe tombe, le plafond se décolle, les murs restent./ elle reste près des murs parce que les murs [pense-t-elle] la préservent ». Elle, c’est une jeune réfugiée tchétchène dont Sonia Chiambretto a recueilli le témoignage pour composer ce long et terrible poème où la graphie sert autant que les mots la force du texte. Il y a la fuite, de Grozny à Saint-Pétersbourg, par fragments, jusqu’à l’arrestation par les soldats russes. « On ne voulait pas être là/ On voulait juste attendre que la guerre soit un peu calme/ Nous savons que nous ne pouvons pas retourner en/ fermé/ Comment dire/ Ils ont fermé les routes. » Il y a l’incompréhension, la peur, la brutalité de l’immense fossé qui sépare les hommes lorsqu’ils appartiennent à des camps adverses. « Le soldat russe est dans la rue il est par deux par trois cinq dix groupé/ Le soldat est ensemble il a peur d’être seul. » En une centaine de pages trouées de blancs, lacérées de mots entres crochets, de phrases criées en lettres capitales, Sonia Chiambretto nous fait entendre le bruit des bombes, le rire atroce des soldats et leur langue pleine de « chto » (« quoi ») qui couvre la plainte de la grand-mère, transie de froid, murmurant des « je veux rentrer ». Les lettres s’éparpillent sur la page, en diagonales, en drapeau, pour finir sur l’écran d’un ordinateur où la même incompréhension se répète.
Ce texte a été mis en scène à l’occasion de deux festivals avant d’être publié. Il est le premier volet d’une trilogie. Utilisant tous les matériaux disponibles (ponctuation, corps du texte, italiques…), Sonia Chiambretto invente un mode de langage qui dit en quelques signes ce que la terreur enfouit au plus profond.

CHTO interdit aux moins de 15 ans de Sonia Chiambretto, Inventaire/Invention, 100 p., 7,50

Lettres en guerre Par Lise Beninca
Le Matricule des Anges n°79 , janvier 2007.
LMDA PDF n°79
4,00