La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire Des squelettes chez les Anglais

janvier 2007 | Le Matricule des Anges n°79 | par Éric Dussert

Le roman gothique reviendrait-il en grâce ? Après la réédition par Sylvain Goudemare du Petit Pierre de l’Allemand Christian Heinrich Spiess (Cartouche, 279 p., 24 ), les éditions Anarchasis livrent à leur tour un texte rare de 1799, La Nuit anglaise de Louis-François-Marie Bellin de La Liborlière (1774-1847), soutenu par une magistrale introduction du spécialiste du roman noir, Maurice Lévy.
Il est peu dire que ce roman ressemble à une plaisanterie : pastiche des plus macabres exagérations vouées à faire trembler la clientèle, La Nuit anglaise est aussi l’ultime point de butée du genre initié par Walpole et Ann Radcliffe, son aboutissement ironique où un écrivain, qui n’a jamais craché dans la soupe, se prend à mettre au pas les facilités littéraires d’une époque en les caricaturant. Prenant appui sur le citoyen Dabaud, féru de ces lectures angoissantes, qui va se retrouver dans une crypte obscure et devra fréquenter quelques fantômes pâles et autres squelettes cliquetants, sans manquer d’en signaler les sources livresques, Bellin de La Liborlière met à plat avec beaucoup de malice les recettes du roman gothique en appliquant ses topoï largement répandus par les nombreux imitateurs des Anglais. Il fournit ainsi une délectable anthologie des exorbitances les plus macabres de ce qui fut une belle niche éditoriale de même que le polar aujourd’hui et suscita de nombreux commentaires désabusés, voire méprisants.
À lire au premier et au second degré, La Nuit anglaise, tour de force compilatoire, n’en est pas moins un roman d’agréable facture. Il serait bien dommage de le réserver aux seuls universitaires. Et, là-dessus, « Les cierges s’éteignirent et une voix sépulcrale prononça : « Souvenez-vous en ! » »

La Nuit anglaise, roman gothique de Bellin de
La LiborliÈre préface de Maurice Lévy, Anarchasis, 207 pages, 16

Des squelettes chez les Anglais Par Éric Dussert
Le Matricule des Anges n°79 , janvier 2007.
LMDA PDF n°79
4,00