La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Saisir l’instant

février 2007 | Le Matricule des Anges n°80 | par Lucie Clair

Revenir au point de départ d’une errance, sur les lieux qui ont brisé ce qui paraissait être une trajectoire simple, nier le temps et l’entropie, ou vouloir les effacer dans un même geste se déplacer et devenir déplacé, ou prendre conscience qu’on l’est, et de qui l’on est. « Le déplacement renforce ou délimite, pour un instant, la connaissance d’être là. » Une jeune femme retourne dans une maison qu’elle a habitée dix ans auparavant, voudrait se souvenir, rassemble des bribes, réalise qu’un récit est plus qu’un assemblage, entraînée dans un périple étrange sans doute aussi parce qu’elle est demeurée en partie étrangère à ce qui s’est passé. Comme une tentative permanente et latente de préservation de l’innocence « Parfois j’ai regardé des dos d’étrangers, ils étaient droits, c’était de n’avoir pas vécu. Quand ils se retournaient, je voyais imberbe le visage, le front intact. Ils n’avaient encore rien à raconter et je leur en savais gré » en avènement à la tentation d’être, envers et contre la scène violente qui entrave encore les rencontres, aggrave les inhibitions fige le temps, ramenant chaque instant au rang de minéral. Il ne s’agit ni de fuir ni de renouer, mais de guetter par et dans ces mouvements les interstices où se révèle la continuité, non pas d’un moi, d’une histoire, mais de ce qui fait la nature et la force, au-delà de la singularité, d’une présence. Rendre vie à l’instant en lui ouvrant l’espace inhabité par le souvenir.
Entre Adour, Toulouse et Angkor, Marie Cosnay vit ses Déplacements toujours forte de l’errance à laquelle elle nous a habitués. Avec cette fois-ci, une plage de tristesse où sa langue se déroule comme une vague, apaisante, crissante, frémissante.

Déplacements de Marie Cosnay
Éditions Laurence Teper, 98 pages, 11,50

Saisir l’instant Par Lucie Clair
Le Matricule des Anges n°80 , février 2007.
LMDA papier n°80
6.50 €
LMDA PDF n°80
4.00 €