La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Dossier Emmanuel Carrère
Au coeur des ténèbres

avril 2007 | Le Matricule des Anges n°82 | par Emmanuel Favre

Octobre 2000. Emmanuel Carrère se remet tant bien que mal de l’épreuve infligée par L’Adversaire. Ces murs de désespérance, ces histoires d’enfermement qui le précipitent dans des puits sans fond et dessinent « le plan du piège qui doit me broyer » lui sont de plus en plus insupportables. Il souhaite passer à autre chose, se tourner « vers le dehors, vers les autres, vers la vie. » On lui propose de réaliser un reportage sur un soldat hongrois capturé par l’Armée rouge lors de la retraite de la Wehrmacht, et retrouvé cinquante-six ans plus tard dans un hôpital psychiatrique au fin fond de la Russie. Encore une histoire de déglingue. Qu’importe. Carrère part à Kotelnitch se refaire une santé. Du moins si on peut dire car cette petite ville à 800 km au nord-est de Moscou et au même degré de latitude que la désolation n’est pas à proprement parler un endroit de villégiature. Ici, on soigne les gueules de bois et on comble le vide de l’existence à grand renfort de vodka et de saucisson trop gras. Des types tondus vous regardent avec « une curiosité franchement peu amène », et les draps des hôtels sont si sales qu’on hésite avant de s’y glisser. Carrère a la conviction que le destin de ce soldat hongrois, ce Kaspar Hauser de 75 ans qui se fracasse la mâchoire à coups de marteau pour être soigné par la dentiste de l’hôpital dont il est tombé amoureux, peut lui permettre « d’approcher par un chemin détourné » celui de son grand-père disparu également pendant la guerre.
Juin 2002. Carrère fait donc son retour à Kotelnitch pour signer un nouveau documentaire dont les contours doivent être ceux d’un journal de bord et faire sortir « quelque chose qui donnerait forme à ce qui m’obsédait : quelque chose qui tienne lieu de pierre tombale à mon grand-père pour qu’atteignant l’âge de sa mort je sois délivré de son fantôme, que je puisse vivre enfin. » Mais sur place, les choses s’avèrent décevantes. Aucun événement imprévu ne se manifeste. Aucune rencontre fortuite ne vient à lui. Rien ne laisse présager autre chose que la chronique d’une petite ville de province russe où chacun attend désespérément que quelque chose advienne. Ania, une jeune francophone croisée lors du premier séjour et qu’il s’était imaginé entourée d’une aura de mystère, lui apparaît quelconque. Peu à peu la déprime le gagne. Seule la publication prochaine dans Le Monde d’une nouvelle érotique écrite pour Sophie avec qui il vit une histoire d’amour passionnée le maintient à flot. L’issue sera cependant fort différente de celle escomptée.
Décembre 2002. Quelque chose est advenue. Ania et son fils ont été assassinés de manière sordide. Carrère se rend une troisième fois à Kotelnitch pour le quarantième jour, l’étape du deuil la plus importante. Au cimetière, par 30, lui vient cette réflexion : « Je suis venu faire une tombe à un homme dont la mort incertaine a pesé sur ma vie, et je me retrouve devant une autre tombe, celle d’une femme et d’un enfant qui ne m’étaient rien, et...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°82
6.50 €
LMDA PDF n°82
4.00 €