La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Le Génie d’Albanie

mai 2007 | Le Matricule des Anges n°83 | par Franck Mannoni

En Albanie, Pjota vit dans la violence quotidienne et la crasse de la roulotte familiale. Lorsqu’un caïd local prend l’adolescent à son service, c’est à la fois une déchirure et une libération. Il lui faut quitter le père et le frère incestueux, mais aussi la mère consolatrice. Dans la villa des horreurs tenue par le cruel Razy, Pjota ne change pas d’univers. Lui qui connaît la mer comme sa poche devient naufrageur : il coule au large des canots pneumatiques remplis de drogues. Seul face aux éléments, Pjota s’endurcit, lutte pour sa survie. De très belles pages sur la solitude au milieu des déferlantes rappellent les grands thèmes de Conrad, d’ailleurs évoqué par Pjota. Le jeune homme, pétri de littérature, cache dans une grotte les livres qu’il a pu récupérer. Indépendant et rêveur, celui qu’on surnomme le Génie d’Albanie s’imagine un autre avenir. Contraint de mettre pied en Italie, il se voit déjà le roi de la péninsule, mais déchante aussitôt. Francesco De Filippo montre en effet une Italie qui n’est pas bienveillante. On n’en voit que les banlieues, les filles en rang d’oignons à Naples, Rome, Milan, Bologne, toutes exploitées par des mafias qui profitent de la manne des sans espoirs. « Y a-t-il une différence entre les esclaves d’Afrique conduits enchaînés aux Etats-Unis et ceux qui arrivent en Europe poussés par la faim ? », se demande De Filippo. Pour l’écrivain et journaliste, les abus sexuel et culturel vont de pair. L’Italie, dont des millions d’émigrés ont essaimé de par le monde, veut oublier ses miséreux. Elle regarde de haut ces crève-la-faim qui arrivent en navires épave. Le livre de Filippo, fait de phrases courtes et hachées, délivre des instantanés aveuglants. Les nécessiteux y posent, avec pour seul horizon une criminalité quotidienne dont ils sont les victimes et, parfois, le bras armé.

Le Naufrageur de Francesco de Filippo
Traduit de l’italien par Serge Quadruppani
Métailié, 209 pages, 18

Le Génie d’Albanie Par Franck Mannoni
Le Matricule des Anges n°83 , mai 2007.
LMDA papier n°83
6.50 €
LMDA PDF n°83
4.00 €