La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire Les variations Hoffmann

mai 2007 | Le Matricule des Anges n°83 | par Benoît Legemble

Le Violon de Crémone

Au Panthéon des grandes figures féminines du siècle, Louise de Vilmorin (1902-1969) incarne l’art de la conversation. Amatrice de bons mots, elle est aux yeux de tous la correspondante de Morand, Cocteau ou Malraux. Son amour des lettres, elle le partagera également avec le cercle du « Salon bleu », qu’elle réunissait dans son château de Verrières-le-Buisson à l’occasion d’agapes dominicales restées célèbres tant le Tout-Paris s’y pressait. Romancière de premier ordre, son œuvre entretiendra une grande proximité avec le septième art. Peu savent pourtant qu’elle avait également signé un scénario adaptant Le Violon de Crémone de Hoffmann. Publié dans les Cahiers du cinéma puis oublié, ce texte est donc redécouvert, accompagné dans la présente édition d’illustrations originales (et parfois dispensables) de Christian Lacroix. L’histoire, elle, ne change pas : suite à une dispute, Angela brise le violon de l’excentrique conseiller Krespel. En rage, le juriste jette sa femme par la fenêtre et reprend le chemin de l’Allemagne. Bientôt pourtant, il apprendra que la cantatrice n’est pas morte, et qu’une petite Antonia est née de leur union. Monomaniaque obsédé par la découverte des secrets de l’acoustique, Krespel poursuit pourtant son existence, de violon en violon, jusqu’à ce qu’Angela disparaisse, laissant sa fille à ses bons soins. Ainsi voit-il qu’Antonia souffre d’une étrange maladie qui l’empêche sous peine de mort de développer son talent pour le chant. Si le dilemme de la raison et du cœur subsiste, le traitement, lui, diverge : la musique perd de sa force obscure chez Vilmorin, qui recentre l’intrigue autour des intempérances amoureuses du couple de Krespel et privilégie bien souvent (trop peut-être ?) la légèreté de ton. Les aficionados de la version originale en perdront leur latin, les autres y trouveront sûrement leur compte.

Le Violon de Crémone de Louise de Vilmorin
Le Promeneur, 101 pages, 16,90

Les variations Hoffmann Par Benoît Legemble
Le Matricule des Anges n°83 , mai 2007.
LMDA papier n°83 - 6.50
LMDA PDF n°83 - 4.00