La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Citrons amers

juin 2007 | Le Matricule des Anges n°84 | par Delphine Descaves

Ces seize nouvelles sont une plongée dans la Grèce moderne, son histoire agitée et sa population diverse dont une partie connut l’exil, au moment de la Grande catastrophe de 1922. Chassée d’Asie Mineure, la vieille communauté grecque fit alors un retour forcé au pays. Dès la première nouvelle, deux jeunes couples, après être passés sous « l’œil goguenard » de la commission chargée de reloger les réfugiés, se voient ainsi proposer une ville côtière : « que feraient-ils de terres côtières ? Ils n’étaient ni pêcheurs ni caboteurs, mais maçons et menuisiers (…). Avec leur esprit d’Anatoliens, ils jugeaient toujours les choses à l’aune de la Turquie. » Cette Catastrophe, qui a déplacé les individus, les forçant à abandonner leurs modes de vie, a conduit aussi à l’échange obligatoire des populations grecques et turques. « La maison de Kemal » condense à elle seule la douleur de ces destins, en un court et poignant récit dans lequel une femme turque, véritable allégorie de la nostalgie, revient hanter une maison qu’elle a habitée étant jeune. L’Histoire selon Yorgos Ioannou s’incarne dans le quotidien des êtres, s’invitant souvent brutalement au beau milieu de leurs vies, comme dans « La Loume », qui s’ouvre sur la pendaison par l’armée allemande de l’époux d’une jeune femme, ou dans « Le Medium », où l’on assiste au bombardement puis au gigantesque incendie de Thessalonique. Les années d’Occupation ont été lourdes, et humiliantes, on le saisit à la lecture des « Citrons », qui dans des pages d’une grande violence physique et symbolique, montrent comment des soldats allemands retournent honteusement la population, en traitant de manière odieuse un vieux député démocrate. Mais Ioannou n’oublie jamais la complexité de l’existence, et les événements n’empêchent pas un des personnages d’avoir pour ami un Allemand. Chaque narration, conduite à la première personne, nous offre une réalité soumise au tamis d’un regard, de sorte qu’aucune prétention à une vérité historique unique ne s’affiche ; d’ailleurs cette multiplicité de "
Delphine Descaves

Le seul héritage de Yorgos Ioannou - Traduit du grec par Antigone Vlavianou, La Différence, 171 pages, 15

Citrons amers Par Delphine Descaves
Le Matricule des Anges n°84 , juin 2007.
LMDA papier n°84
6.50 €
LMDA PDF n°84
4.00 €