La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire Invertis et mignons

juin 2007 | Le Matricule des Anges n°84 | par Thierry Guinhut

Confessions d’in inverti-né (suivi de) Confidences et aveux d’un parisien

S’il était besoin de démontrer que l’homosexualité n’est pas un phénomène né de la mode gay, ce livre double en apporterait la preuve. En des temps la fin du XIXe siècle où l’homosexualité est considérée comme une perversion et donc souvent fermement réprimée (ce dont témoigne le procès d’Oscar Wilde) il faut que cette passion soit profondément enracinée pour oser exister devant autrui. Ce sont là deux textes recueillis par le docteur Georges Saint-Paul qui est persuadé que « les individus sont soumis à un déterminisme héréditaire » et, pour le premier, préfacé par Émile Zola. Pour autant, nous ne sombrons guère dans le sordide : ces premiers émois amoureux, puis ces mémoires d’un travesti, privilégient le sentiment. C’est bien ce que dans sa préface remarque Zola lorsqu’il réclame « un peu de pitié et un peu d’équité ». L’inverti-né découvre très tôt sa passion qui le plonge « dans l’horrible solitude ». Enfin, son service militaire lui permet d’assouvir ses désirs qui ont tout de l’amour. Plus loin, il ne nous épargne pas « un récit assez sale », quoique sa honte nous paraisse marquée par les préjugés de l’époque. Garçon raffiné, il se livre à un autoportrait complaisant sinon narcissique. Quant au « Parisien », il nous présente d’abord une femme galante, une comtesse : Pauline de Floranges. En fait c’est un homme ! Il nous confie le « charme que je trouvais à voiler mon sexe sous les dehors de celui de la femme », avant de devenir « un Mignon tarifé » parmi les « Complaisants des boulevards » et les « Tribades ». Ses séjours en prison qui lui permettent de côtoyer d’étranges types humains sont aussi le témoignage d’une époque heureusement révolue.

Anonyme Les Confessions d’un inverti-né (suivies de) Confidences et aveux d’un Parisien par Arthur W., édition établie par Daniel Grojnowski, José Corti, 250 pages, 18

Invertis et mignons Par Thierry Guinhut
Le Matricule des Anges n°84 , juin 2007.
LMDA papier n°84
6.50 €
LMDA PDF n°84
4.00 €