La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre Encombrant monde

juillet 2007 | Le Matricule des Anges n°85 | par Laurence Cazaux

Le Monde me tue

Ou le monde me tue ou je tue le monde. " Cette phrase extraite du film Accatone de Pier Paolo Pasolini a servi de déclencheur commun à l’écriture de drames brefs par six jeunes écrivains issus de la première promotion du département d’écriture dramatique de l’ENSATT (École nationale supérieure des arts et techniques du théâtre). Une proposition passionnante, permettant la confrontation entre l’intime
et le monde.
Le cheminement des six auteurs avec cette phrase donne des résultats radicalement différents. Certains, comme Olivier Mouginot, semblent un peu oublier le monde, en imaginant une fantaisie dialoguée entre le pianiste Glenn Gould, les cendres de son père et un auto-stoppeur. D’autres, comme Cédric Bonfils ou Sabine Tamisier, plongent dans l’intime, un intime meurtrier, condition de survie. Deux écritures fortes, tendues, où le réel bascule dans l’insaisissable des méandres humains.
Thibault Fayner imagine pour sa part une dictature où les cravates, symboles d’un ancien pouvoir, sont interdites et donc vectrices de tous les fantasmes. Et puis, il y a ceux qui essaient de se frotter au monde dans ce qu’il a de plus rude. Ainsi, Marie Dillaser qui écrit, « depuis un fauteuil en Bretagne » une farce grave sur la guerre en Tchétchénie. De façon très surprenante, ses personnages, comme le chat de Shrödinger, (une expérience de physique quantique) sont tout autant morts que vivants. Et Samuel Gallet qui imagine une fausse-vraie prise d’otage mettant en jeu quatre jeunes…
Enfin, outre l’intérêt de la proposition, ce recueil offre le grand plaisir de découvrir six nouvelles écritures, très prometteuses.

Le Monde me tue de Cédric Bonfils, Marie Dilasser, Thibault Fayner, Samuel Gallet, Olivier Mouginot, Sabine Tamisier, Éditions Espaces 34, 184 pages, 16

Encombrant monde Par Laurence Cazaux
Le Matricule des Anges n°85 , juillet 2007.
LMDA papier n°85
6.50 €
LMDA PDF n°85
4.00 €