La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Éclat de voix

septembre 2007 | Le Matricule des Anges n°86 | par Lise Beninca

Elle a 4 ans, elle en a 7, 16 ou 25, la voix qui prend parole dans Rideau de verre avec la violence de celles qui se sont trop longtemps tues. Elle dit « elle », puis « je », indifféremment, tant sa propre identité lui échappe, volée dès l’enfance par la maladie du père qui lui a offert une névrose pour seul repère dans la construction de soi. « Elle a subi verte semonce le courroux paternel destructions récursives, je ne m’habituais pas. » Exposée à un trop-plein d’agressivité, de déni et d’indifférence, la petite fille s’enferme dans le silence, s’enferme dans le placard, s’absente d’elle-même pour supporter les brimades. « Je ne bouge pas, reste cloîtrée, tapie au fond de ma tête. » Le mal-être intérieur s’exprime sur son corps, qui transpire de détresse et dénonce à la place de la bouche restée muette. « Sa peau parle trop, c’est aussi ce qui l’énerve. » Réfugiée dans une bulle de verre qui l’isole du monde, en attente d’une délivrance plus vraie que celle apportée par les médicaments, la narratrice sent ses propres mots l’étouffer. « Elle voulait s’exprimer, au conditionnel, comme les petites filles mais qu’est-ce qu’une petite fille ? » Ce premier roman de Claire Fercak est un cri libératoire.
En bienveillantes compagnes, Sylvia Plath, Virginia Woolf et Sarah Kane, sœurs de psychose, guident les premiers pas de l’auteur. Le texte entretient aussi une parenté frappante avec l’écriture de Chloé Delaume dans Le Cri du sablier : le même traumatisme d’enfance, une tragédie familiale que seule l’écriture saura enrayer, les mêmes glissements vers l’alexandrin, rythmes et rimes internes à la phrase, la même « langue ecchymosée », vocabulaire médical d’une conscience qui s’ausculte, en termes ressassés, comptines d’enfance venant percuter les phrases, et cette nécessité d’entrer en lutte avec les séquelles héritées du père « Je dois chercher en moi les mots qu’il a occis ». Précis et puissants, les mots jaillissent dans ce premier texte de Claire Fercak pour lui permettre enfin de naître.

Rideau de verre de Claire Fercak, Verticales, 140 pages, 10,50

Éclat de voix Par Lise Beninca
Le Matricule des Anges n°86 , septembre 2007.
LMDA papier n°86
6.50 €
LMDA PDF n°86
4.00 €