La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Faire comprendre

septembre 2007 | Le Matricule des Anges n°86 | par Marta Krol

Le vieil espoir est coriace, et il fait l’affaire. « Si cette phrase est loin de résumer le propre de l’écriture d’un homme de plus de 80 ans, elle la représente fidèlement, en sa compacité, sa clarté et son exacte sincérité. On goûte dans ses poèmes courts à vers ample à une parole qui jamais ne succombe à la facilité, celle d’une opacité rhétorique ou intellectuelle, celle d’une expression alambiquée de sens incertains qui tenterait, comme ce perroquet comparé à un poète, » d’acheter l’attention/ au prix d’un langage inaccessible, pénétrant « . À chaque instant, Bo Carpelan fait la conquête d’une transparence de son verbe, victoire d’autant plus remarquable que ce dernier charrie un monde étrange. En apparence, tout se joue dans les intérieurs familiers d’une cuisine ou d’une chambre, parmi meubles, objets et actions de tous les jours : vaisselle, faire son lit, attendre. Bref, » Rien dont faire grand cas « . Énième éloge du retrait dans une » vie intestinale «  ? Eh non, car toujours y advient et bourgeonne un événement ou son illusion ? insolite et voulu. Curieuses assemblées autour de la lampe d’un insomniaque, » banlieues « intimes des êtres solitaires, arrivée d’une » puissance qu’(on) sentait toute proche « , échappée nocturne parmi les ombres, vastitude d’un silence à vous » rendre fou, égaré « . Territoires de vies intérieures, ou de la vie tout court, où » quelque chose frotte pour percer ensuite « . Et on est touché autant que friand de ces énoncés de sagesse de fin de vie, dont la modestie épouse au plus près leur vérité. Non, il n’y aura point de grande » clôture de comptes « . Tout était déjà contenu, dans le » rêve éveillé « , dans le » repos attentif ", et dans le tourment mesuré à la capacité de nos jours.

Dehors de Bo Carpelan - Traduit du suédois par Pierre Grouix, Arfuyen, 162 pages, 18

Faire comprendre Par Marta Krol
Le Matricule des Anges n°86 , septembre 2007.
LMDA papier n°86
6.50 €
LMDA PDF n°86
4.00 €