La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre Petits séismes

novembre 2007 | Le Matricule des Anges n°88 | par Laurence Cazaux

Je tremble (1) est la première partie d’un diptyque dont le second volet sera créé en 2008. Joël Pommerat nous invite dans un cabaret où des personnages : la femme très mal en point, l’homme le plus riche du monde, l’homme qui n’existait pas, deux femmes très enceintes… viennent conter, se dévoiler ou se questionner. Cette revue est menée par un présentateur, qui d’emblée nous annonce : « Au tout dernier instant de cette soirée, mesdames et messieurs, je vais mourir/ devant vous/ devant vos yeux ».
Nous sommes dans une pièce à facettes, des bouts d’histoires jouent comme des miroirs de notre monde. Une femme s’interroge : « Mais où sont passées les idées, nom de dieu ?! Donnez-moi vite une idée qui me fasse rêver, nom de dieu,/ et vite !/ (…) vous êtes où les gens dont c’est le boulot, dont c’est le métier, dont c’est la responsabilité quand même ? » Et le présentateur de questionner un peu plus tard : « Y a t’il quelqu’un dans cette salle ce soir qui n’existe pas ? »
Ce qui guide l’auteur, c’est « l’envie d’ouvrir une autre perspective sur ce monde dont les médias se chargent de nous imposer leur vision déformante et déformée. » Dans notre société de communication à outrance, il est difficile de vouloir rendre le réel sous toutes ses formes, dans ce qu’il a de concret mais aussi d’imaginaire ou de fantasmé. Comment donc arriver à voir, soi et les autres ? En fin de cabaret, le présentateur, mort comme il l’a annoncé, lance une invitation au public : « Nous nous retrouverons le jour où, (…) je serais prêt enfin, si j’y arrive, à voir les choses, (…)/ non pas seulement comme je voudrais qu’elles soient/ non pas seulement comme je crois qu’elles sont/ non pas seulement comme je pense que ce serait mieux qu’elles soient/ mais tout simplement comme elles sont. » La pièce est hantée par l’abîme, le vide, la disparition, mais au bout du compte, c’est une invitation au mouvement, à se défaire, à modifier son regard : je tremble donc j’existe quand même un peu.

Je tremble (1) de Joël Pommerat,
Actes Sud-Papiers, 40 pages, 10

Petits séismes Par Laurence Cazaux
Le Matricule des Anges n°88 , novembre 2007.
LMDA papier n°88
6.50 €
LMDA PDF n°88
4.00 €