La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Le flâneur mélancolique

janvier 2008 | Le Matricule des Anges n°89 | par Thierry Cecille

Pastichant Godard on pourrait, à la lecture de ces dix-sept courtes nouvelles, se contenter d’écrire : ce sont juste des histoires - mais des histoires justes. Et pourtant ce serait encore, peut-être, trop dire : ce sont là, plutôt, des ébauches de scènes, des esquisses de rencontres, des fragments de dialogues, des méditations interrompues. Ce recueil est le dernier que publia Sait Faik, en 1954, juste avant sa mort (il était né en 1906 et avait commencé à publier à partir de 1936) : au terme du chemin, il convoque, comme en une ronde fantomatique mais non dénuée d’une âpre joie, les figures et les lieux qui marquèrent son existence, et que son art transfigura. Istanbul, tout d’abord : une Istanbul pluvieuse, de brumes et de boue, celle que privilégie Orhan Pamuk dans ses souvenirs et Bilge Ceylan dans ses films. Puis, dans cette Istanbul peu orientale, les îles des Princes et certains quartiers (Beyoglu, Dolapdéré - « qui veut dire noria ») avec leurs habitants. La ville est encore cosmopolite (l’Histoire turque, souvent tragique, aura raison de cette richesse humaine) et l’on peut y croiser des pêcheurs grecs, des commerçants arméniens, des juifs miséreux. Le narrateur les observe, se plaît à deviner leurs existences, rêve pour eux des drames domestiques ou des amertumes secrètes - il leur parle, ou croit leur parler. La nostalgie, le désir qui n’ose se dire, la mélancolie du temps qui passe - voici que l’imagination, l’alcool et l’écriture les mêlent. Baudelairien « homme des foules », Sait Faik dissimule sans doute, au cœur des phrases une douleur sourde (« La solitude a envahi le monde ») mais aussi une rage de vivre et d’aimer : en lui, jusqu’à la fin, « la clarté scintille ».

Un serpent à Alemdag de Sait Faik Abasiyanik
Traduit du turc par Rosie Pinhas-Delpuech
Bleu autour, 157 pages, 14

Le flâneur mélancolique Par Thierry Cecille
Le Matricule des Anges n°89 , janvier 2008.
LMDA PDF n°89
4.00 €